Ventre et digestion : l’autre moteur du corps humain

« Nous mélangeons des aliments qui se font la guerre dans le corps« . Hippocrate

La santé et l’énergie sont intimement liées à ce que nous mettons dans notre corps, mais bien souvent en matière d’alimentation nous nous fions davantage à nos papilles gustatives qu’aux réels besoins de notre organisme.

Qui n’a jamais subi de coups de barre après le déjeuner ? Qui n’a jamais connu d’inconforts liés à la digestion ? Ballonnements, aigreurs, flatulences, intoxications alimentaires, problèmes de transits… Pour certains, ces soucis sont même suivis d’un dérèglement de l‘organisme et entraînent de véritables souffrances : côlon irritable, colopathie…

Des tracas dont on se passerait bien mais qui sont pourtant le quotidien de beaucoup de personnes.

Nous pointons du doigt le dysfonctionnement et la faiblesse de notre système digestif ou de notre organisme, mais est-ce vraiment le cas ? Une réflexion sur ce que l’on choisit d’ingérer, ce que l’on dépose dans son corps pour nourrir les cellules, ne serait-elle pas plus à propos ?

ventre-digestion

La digestion : première priorité de l’organisme

Il faut savoir que le corps distribue son énergie en fonction de ses priorités, celles qui sont vitales passent logiquement en premier. La digestion étant la priorité numéro 1 de l’organisme, cela signifie que dès que nous ingérons un aliment, notre corps sollicite ses ressources énergétiques pour l’absorber et éliminer les déchets. La digestion peut accaparer jusqu’à 80% de notre énergie ! (tu comprends pourquoi ton tonus est proche du zéro après avoir englouti la moitié d’un kouign amann ? ;-)

Conseil : plus nous facilitons notre digestion, plus notre corps disposera d’énergie à allouer à d’autres fonctions comme la réparation des tissus, la vitalité pour nos activités de notre journée, l’équilibre nerveux…

La digestion : un processus long

La digestion permet la transformation des aliments en nutriments assimilables par l’organisme afin de nourrir nos cellules. Elle commence dès le début de l’ingestion, dans la bouche, se poursuit dans l’estomac, l’intestin grêle et enfin le gros intestin. Les aliments subissent une transformation mécanique grâce à la mastication des dents, au brassage de l’estomac et une transformation chimique grâce à la salive et aux sucs gastriques.

Le processus de digestion complet est long, il s’étend de 24 à 72 heures en fonction de la nature des aliments ingérés (imagine-toi pendant un vol Paris-Sydney, coincé entre un voisin qui pue des pieds, une voisine qui enchaîne les verres de vodkas et raconte des inepties, et un bébé malade qui pleure de désespoir… Un long calvaire ce trajet n’est-ce pas ? Alors qu’avec des compagnons de voyage sympa, un bon repas et un film captivant le vol passerait comme une lettre à la poste !).

Une bonne digestion pour une bonne santé

Une alimentation déséquilibrée peut, sur le court terme, engendrer des troubles digestifs et sur le long terme favoriser le développement des germes responsables de maladies. La flore intestinale joue un rôle prépondérant puisqu’elle est responsable à 80% de notre immunité, d’où l’intérêt de faire attention à ce qu’on y fait transiter.

Le mot « flore » fait référence au grand nombre d’espèces de bactéries et de levures qui cohabitent comme dans un jardin botanique (au moins 200 espèces, un vrai HLM notre bidon !). Et comme tout jardin, celui-ci a besoin d’entretien, de désherbage régulier des mauvaises herbes, d’apport en engrais, de protection envers les parasites… La qualité des aliments, la contamination par des métaux lourds, les pesticides, les additifs alimentaires… sont donc autant de paramètres à prendre en compte dans l’entretien du système digestif et de sa flore intestinale.

En apportant au corps les aliments adaptés et donc un équilibre, on capitalise une immunité et une bonne santé, évitant ainsi les carences. En effet, lorsque l’on ingère des aliments difficiles à digérer et qui allongent le processus, l’assimilation des nutriments est perturbée. De même, si la digestion est trop rapide, l’intestin grêle n’aura pas le temps d’absorber la totalité des nutriments.

Conseil : privilégier des aliments faciles à absorber et faire des combinaisons d’aliments digestes.

ventre-digestion-flore

L’intestin, notre deuxième cerveau

Le rôle de l’intestin s’étend au-delà de la santé, il joue aussi un rôle au niveau du bien-être émotionnel. La sérotonine, hormone de la bonne humeur, est produite à 95% par les cellules de l’intestin. Lorsque ce dernier n’est pas correctement entretenu, la production de sérotonine est perturbée, ce qui peut entraîner des troubles émotionnels.

Pendant la grossesse, le développement du fœtus est directement lié à la sérotonine de la maman. Un déséquilibre de sérotonine expliquerait 50 % des cas de mort subite du nourrisson (source).

 

Règles de nutrition pour améliorer la digestion, la vitalité et la santé

  1. Moins manger

Enfonçons une porte ouverte, l’être humain occidental a une forte tendance à ingérer plus que ce dont son corps a besoin, d’où un développement de surcharge pondérale, l’apparition de maladies (obésité, crises cardiaques…) et un affaiblissement du système digestif. Apprendre à se modérer est un prérequis pour optimiser sa digestion, sa santé, sa vitalité et avoir une silhouette svelte !

Astuce pour réduire les quantités : se servir une seule fois et ne pas attendre de ne plus avoir faim pour s’arrêter de manger. En prenant bien son temps pour manger, la sensation de satiété est plus facilement ressentie, même si les quantités ingérées sont réduites. On ne devrait pas sortir de tabler avec le ventre tendu, l’estomac lourd et le bouton du jean qui saute !
  1. Privilégier l’alimentation vivante (les animaux ne sont pas visés, n’aies pas peur ! :)

On entend par « alimentation vivante » les aliments crûs. Tous les aliments cuits sont considérés comme morts. En effet, les aliments cuits ou préparés à l’avance (salades industrielles par exemple) ne contiennent plus ou très peu de nutriments. Les légumes et fruits crûs aident à la digestion grâce à leur grande teneur en fibres et sont bourrés de nutriments. L’idéal est de les consommer frais, de saison et bio afin de pouvoir manger la peau (même celles des agrumes ou des bananes ! ;-) Les graines germées sont d’excellents alliés vivants, il est recommandé d’en manger régulièrement. L’huile est à utiliser avec beaucoup de modération mais celle à privilégier est pressée à froid. Ne consommer que des aliments morts est l’assurance d’être carencé en vitamines, minéraux, enzymes et oligo-éléments.

Astuces pour consommer davantage d’aliments vivants : faire un repas de fruits et de crudités, boire des smoothies (en collation ou au petit déjeuner par exemple). En cas d’intestins fragiles, les crudités peuvent augmenter l’inflammation des muqueuse digestives. Dans ce cas il vaut mieux essayer de les consommer sous forme de jus frais faits à l’extracteur.
  1. Ne pas boire pendant le repas ou juste après

L’eau passe à travers l’estomac en 10 minutes environ. Les jus en 15 à 30 minutes. Tout liquide dans l’estomac dilue les enzymes dont notre corps a besoin pour digérer les protéines, les glucides et les lipides, ce qui ralentit la digestion. Il est recommandé de boire au moins 10 minutes avant le repas puis d’attendre une heure après le repas pour boire à nouveau.

  1. Isoler les fruits

Les fruits crûs ne devraient jamais être consommés en dessert ni même au cours d’un repas. La vitesse d’assimilation des fruits est beaucoup plus rapide que le reste des aliments, de ce fait, s’ils sont consommés en dernier, ils restent bloqués dans l’estomac, fermentent et se transforment en alcool. Cela a pour conséquence des aigreurs et douleurs intestinales, et peut déclencher une cirrhose du foie (même chez des personnes n’ayant jamais bu une goutte d’alcool !). Autre conséquence : leurs nutriments ne sont pas absorbés.

Astuce : les fruits crûs sont à consommer quotidiennement mais de manière isolée lors des collations ou lors d’un repas si celui-ci est uniquement composé de fruits.
  1. Bien choisir la cuisson

La cuisson détériore les aliments. Plus un aliment est chauffé, plus il perdra de ses nutriments, c’est pourquoi il vaut mieux se porter sur les cuissons douces comme la vapeur ou à l’étouffée. Tous les aliments frits sont peu digestes. Les pommes de terre se cuisent entières, en robe des champs, à la vapeur ou dans très peu d’eau et doivent être consommées immédiatement. Ne jamais faire réchauffer les pommes de terre, les carottes et les artichauts. Ils doivent être consommés le jour même sinon ils deviennent très indigestes.

  1. Bien mastiquer

La digestion commence dans la bouche avec la transformation mécanique des dents, c’est donc naturellement que la mastication tient une place importante dans la digestion. Bien mastiquer aide à soulager l’intestin et l’estomac et permet de manger moins vite, de mieux ressentir l’état de satiété, et donc de moins manger. C’est tout bénéf’ !

  1. Remplacer les protéines animales par les protéines végétales

Les protéines animales (viande, oeufs, produits laitiers) sont des protéines complexes et acides que notre organisme peine à digérer. Le règne végétal offre des protéines à foison bien plus digestes et plus nutritives : soja, épinard, brocoli, concombre, chou-fleur, tomate, quinoa, avocat, champignon, sésame, asperge, amande, persil, haricot blanc… Avec une telle variété, aucun risque de carence mais beaucoup de plaisir et un intestin allégé !

  1. Eviter le gluten

Comme son nom l’indique, le « glue-ten » colle les intestins. Difficile à évacuer, il est responsable de ballonnements, douleurs abdominales et de maladies inflammatoires plus ou moins graves. Le régime sans gluten n’est pas un phénomène de mode, lui faire la guerre a de vrais avantages pour la santé, même pour les personnes qui ne sont pas intolérantes.

Astuce : sans pour autant tomber dans la névrose de la traque au gluten, on peut facilement le réduire en choisissant des pâtes sans gluten et des farines autres que la farine de blé pour faire gâteaux et pâtisseries.

 

Sources : www.naturopathe-perpignan-elodie.fr / www.nutranews.org / www.aloemagazine.com

 

✿ Pour approfondir ce thème allez lire la suite de cet article : les combinaisons alimentaires à privilégier et à éviter afin d’améliorer la digestion.

Si vous ne voulez rater aucun de mes article, il suffit de vous abonner à la newsletter du blog en saisissant votre adresse email dans l’encart « abonnez-vous » à droite du blog.

 Cet article vous a intéressé ? Epinglez-le sur Pinterest pour le retrouver facilement !

conseils-digestion

 

feuilles

Vous saviez que la digestion était aussi cruciale dans notre équilibre vital ?

Êtes-vous à l’écoute de votre corps et des aliments qu’il ne tolère pas bien ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 Commentaires

  • Amandine dit :

    Si j’étais croyante je dirais : Amen !!!

    Je suis tous ces préceptes à la lettre ( ou presque hein, y a des fois je vais au restau alors bon, je me lâche un peu !!! ) Je suis d’ailleurs une adepte du Hara Hachi Bu et j’essaie de convertir ma famille et mon entourage à la bonne bouffe !!

    :)

  • Aurelia dit :

    Merci Angélique d’aborder ces sujets certes pas forcément sexy, mais très importants. Je viens de finir le livre de Guilia Enders sur « L’intestin: tout sur un organe malaimé », et je retrouve bcp de ce qu’elle dit dans ton article.
    Pour les fibres, ais-je bien compris que les cuire équivaut à diminuer leur teneur en fibres? (je savais qu ça réduisait les vitamines mais pas les fibres elles-mêmes).

    Merci!
    Aurelia

    • angelique_glamconscious dit :

      Coucou Aurélia,
      Je ne connais pas ce livre, je vais jeter un oeil. Je dois déjà lire « le charme discret de l’intestin » mais tous ces ouvrages m’intéressent tellement !
      En ce qui concerne les fibres, la cuisson les ramollit, les adoucit, ce qui les rend plus facile à digérer.
      Voilà :)
      A bientôt <3

  • Bonjour,

    J’ai beaucoup aimé ton article. Je le trouve assez précis et pourtant très simple.
    Je savais que je devais changer quelques petites choses dans mon alimentation et la lecture de cet article m’a donné envie de me lancer sérieusement et concrètement dans l’amélioration de mon bien-être (et de ma digestion).
    Pour approfondir toutes ces notions, je m’en vais de ce pas acheter le livre de Giulia Enders ;-).

    Bien à toi,

    • angelique_glamconscious dit :

      Coucou Fanny,

      Je suis ravie que mon article puisse te servir :)
      Ce livre est sur ma wish list aussi, bonne lecture ;-)

  • Gwladys dit :

    Super super super super cet article. De nos jours beaucoup de gens n’ont plus aucune notion de santé dans leur mode de vie. Moi aussi j’essaie de penser à mon bidon, par exemple en essayant de séparer les types d’aliments (le contraire du sandwich en gros) Je pense que l’estomac ne traite pas de la même manière les différents aliments et que mélanger conduit à une acidité inadaptée au détriment des minéraux et vitamines des aliments plus délicats. Du coup j’ai banni la vinaigrette des salades, chez les autres je demande qu’on la mette à part ou de me servir en premier et ça ne dérange pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *