Les avantages et les inconvénients d’un job en zone rurale

Le mois dernier lorsque j’ai partagé sur mon compte Instagram les mésaventures des lapereaux découverts sur mon lieu de travail, beaucoup ont été surpris, pensant que leur présence était fortuite. J’ai donc expliqué que je travaille à la campagne et bien que ce soit le siège social d’une entreprise internationale de 2000 salariés, il est situé dans la forêt :) J’y observe donc assez couramment des petits lapins ou des écureuils dans le parc autour des bureaux.

Une de mes abonnées Instagram m’a demandé de faire un article sur les points positifs et négatifs de travailler à la campagne, j’ai trouvé l’idée plutôt chouette, je suis toujours partante pour parler de ma belle campagne !

Après un petit brainstorming (avec moi-même ;-) voici mon bilan :

 

Points positifs du travail à la campagne

✿ Proximité avec la nature :

Pouvoir profiter de la flore est un vrai avantage : au printemps je vois les jonquilles et les coucous qui bordent la route et qui fleurissent les ronds-points. En ce moment ce sont les champs de colza qui mettent du soleil dans mes trajets. La faune n’est pas en reste puisqu’il y a souvent des petits lapins de garenne dans l’herbe sur les ronds-points ou en lisière des bois. Il m’arrive aussi de voir traverser un petit écureuil ou une famille de canards.
Avant que je déménage, ma route était essentiellement en forêt je voyais donc fréquemment des cervidés (biches, cerfs, chevreuils), des renards et des sangliers. Je me souviens d’un soir où je me suis carrément arrêtée pour contempler pendant de longues minutes une dizaine de marcassins qui trifouillaient la terre à l’orée du bois en faisant « groin groin ». Un pur moment d’émerveillement !

avantages-inconvenients-travailler-campagne-champs

✿ Être indépendant des transports en commun :

Pas d’horaire de train ou de bus à respecter, pas de grève à redouter c’est une vraie liberté !

✿ Fluidité de la route :

Embouteillages ? Connais pas. J’habite à la campagne, je travaille à la campagne, j’ai quinze minutes de voiture, une route toujours fluide sauf en automne pendant la période des betteraves. Je traverse un village dans lequel se trouve une sucrerie, pendant trois ou quatre mois le village met en route les feux tricolores de son seul carrefour afin de réguler le flux des camions qui viennent livrer les betteraves. Au début je râlais contre la longueur du feu (qui dure 5 bonnes minutes) mais j’ai trouvé comment les mettre à profit : c’est juste le temps pour pouvoir me maquiller dans le rétro :) Et pour le trajet du retour j’ai découvert un raccourci à travers le lotissement qui me fait éviter le carrefour !
L’été c’est plutôt les tracteurs et les moissonneuses batteuses qui obstruent le trafic mais comme ils roulent à 40 km/h on peut facilement les doubler.
Il m’arrive aussi d’être ralentie au passage à niveau à cause du TER qui va à Paris mais si je voulais vraiment l’éviter je pourrais me pencher sur les horaires des trains…
Enfin, parfois, il y des petits travaux sur la route couplés à un feu alternatif qui me font perdre là encore 5 minutes alors je peste car je dois attendre.
Voilà, vous savez tout sur les bouchons de la campagne ! :-D

✿ Pouvoir rentrer chez soi le midi :

Sortir ses chiens, manger ses petits plats maison (bio et végétaliens dans mon cas), se presser un jus frais, changer de chaussures si on a mal aux pieds ou troquer sa jupe pour un pantalon si on a été trop optimiste sur la météo… C’est le point précédent qui rend tout cela possible (fluidité du trafic). Plusieurs de mes collègues profitent de leur pause déjeuner pour aller voir leurs chevaux, monter à cheval ou simplement s’en occuper. Couper la journée professionnelle en faisant toutes ces activités personnelles est une vraie bénédiction. Pouvoir rentrer chez soi le midi ça n’a pas de prix à part celui de lutter avec soi-même pour réussir à retourner travailler… ;-)

✿ Faire ses courses à la pause déjeuner :

Une autre manière de tirer profit de la pause du midi pour améliorer sa vie perso c’est de s’avancer sur les corvées et notamment les courses. Quand j’achetais encore mon alimentation en grande surface je faisais toutes mes courses sur l’heure du midi que je laissais dans mon coffre de voiture jusqu’au soir (sauf quand il faisait vraiment trop chaud). Malheureusement ce n’est plus possible maintenant que je vais essentiellement en magasin bio. Note à moi-même : il faudrait que je regarde les marchés des villages alentours pour faire le plein de fruits et légumes frais locaux.

✿ Les pique-niques :

Les jours de grand beau temps sont parfaits pour un pique-nique au calme dans l’herbe. On se retrouve entre collègues pour manger un sandwich ou une salade dans un parc ou sur la pelouse d’un terrain de foot. Quand l’Amoureux est en télétravail, il arrive qu’il vienne me rejoindre avec les chiens pour un pique-nique en forêt bercé par les cancans des canards et les gazouillis des oiseaux. Le bonheur !

avantages-inconvenients-travailler-campagne-pique-nique

✿ La qualité de l’air :

Qui dit moins de trafic dit moins de pollution. Même si la qualité de l’air n’est pas toujours des plus pures surtout pendant les grosses chaleurs, je me félicite d’avoir trouvé un job qui me préserve des émanations que l’on est forcé de respirer en ville. Avoir des bois et des champs à côté de son lieu de travail permet de chausser ses baskets le midi pour aller courir et de s’oxygéner le cerveau au max (encore faut-il que l’entreprise possède des douches, dans la mienne ils viennent de les rénover, sinon gare à l’odeur de fennec l’après-midi dans le bureau…).

✿ Faire des économies :

A la campagne, en dehors d’une boulangerie, un fleuriste, une pharmacie et un supermarché on trouve peu de magasins. Qui dit absence d’enseigne, dit désintox de shopping et donc économies ! On évite l’achat compulsif entre midi et deux que l’on subit pour évacuer le stress ou se changer les idées après une réunion qui nous a pompé l’air ! Bien sûr je parle d’économies réalisées sur les biens de consommation sans prendre en compte les frais liés au véhicule personnel que peu de gens possèdent à Paris. J’ai toujours eu une voiture donc la dépense qu’elle engendre va de soi pour moi.

✿ Le calme :

Moins de bruit, moins de stress, beaucoup moins de monde, plus de verdure, de nature : travailler à la campagne c’est profiter d’un calme que l’on ne trouve pas en ville.

✿ La sécurité :

Je me sens beaucoup plus en sécurité à la campagne qu’en ville. Moins de monde, moins de délinquance ou du moins pas la même, jamais de transport en commun. Les gens sont peut-être aussi un peu moins individualistes et font plus facilement attention à ce qui se passe autour d’eux. Tout ça contribue à réduire les opportunités d’agression de rue. Je ne dis pas que les agressions n’existent pas en zone rurale, ce serait évidemment faux, mais nous y sommes moins confrontés qu’en ville.

 

Points négatifs du travail à la campagne

✿ Obligation de posséder un véhicule personnel :

A la campagne, il n’y a pas ou très très peu de transport en commun. Le co-voiturage est envisageable dans des conditions assez strictes : avoir un collègue qui habite à proximité de chez soi ou travailler dans le même secteur géographique que son/sa conjoint(e), avoir les mêmes horaires que lui et donc pouvoir partager la voiture. Autrement, posséder son véhicule personnel quand on travaille à la campagne est un indispensable.
Il reste la solution de se déplacer à pieds quand le lieu de travail n’est pas situé trop loin : je croise matin et soir un jeune homme qui marche dans l’herbe le long de la nationale, par tous les temps, pour aller travailler. Il fait environ 5 kilomètres par aller, il met donc au moins 10 fois plus de temps qu’en voiture mais il est sûr d’avoir son activité physique chaque jour et de s’aérer. Par contre l’hiver il marche tout seul dans la nuit. C’est un choix mais c’est possible, mon collègue qui prend la même route que moi m’a dit qu’il le voit faire ça depuis des années.

✿ Conditions climatiques :

Lors d’un hiver rude, la circulation peut être difficile sur les petits axes puisque la DDE donne la priorité aux autoroutes et aux nationales pour le salage des routes (l’hiver de 2012/2013 restera dans les annales pour moi, une heure et demie pour aller travailler au lieu de 20 minutes). Les pneus hiver ne sont pas un luxe dans ces cas-là.

Et puis l’hiver il fait toujours plus froid en zone rurale que dans les grandes villes, même à latitude identique, parce qu’on est à découvert, qu’il n’y a pas la pollution ni le chauffage des magasins et des immeubles pour réchauffer l’air.

avantages-inconvenients-travailler-campagne-neige

✿ Pas de magasin :

Autant dire qu’un(e) shopping addict risque de sombrer en dépression si il ou elle a l’habitude d’aller faire des achats quotidiennement. A moins d’aller dans la grande ville la plus proche (et attention à 19 heures tous les magasins ferment) la désintox de shopping aura lieu de gré ou de force ! Bien sûr même dans les villes alentours on oublie les marques tendances (Ekyog, Sézane, Maje ou même Zara). Heureusement, on a quand même internet !!! :-D

✿ Choix de restaurant limité :

Comme pour les magasins, les restaurants ne sont pas légion. Ils existent mais le choix est hyper restreint. Et quand on est végétalien on n’en parle même pas ! C’est simple, depuis que je suis strictement végétalienne c’est-à-dire depuis un an et demi, j’ai dû aller trois fois (grand maximum) au restaurant près de là où j’habite/vis.

✿ Le sport :

Idem que pour les magasins et les restaurants, celui ou celle qui aime aller à son cours d’aquabike ou de crossfit à la pause déjeuner risque de déchanter. Les salles de sport sont situées dans les agglomérations des alentours, il faut prendre la voiture et le temps de s’y rendre, de se changer, de se rhabiller, de manger, il ne reste que cinq minutes pour s’échauffer. Ce n’est pas comme ça qu’on sortira les tablettes cet été, qu’on se le dise ! On peut à la rigueur y aller le soir après le boulot mais, vraiment, les salles des petites villes de province (en tout cas là où j’habite) ne sont pas terribles. On est à trois siècles de Dynamo Cycling

✿ Le risque d’accident de la route :

A se déplacer tous les jours en voiture pour aller travailler, dans des conditions pas toujours idéales (cf l’état des route en hiver), avec le risque de se faire surprendre par un troupeau de sangliers ou par un cerf qui ont la facheuse manie de traverser avant que les voitures soient passées, on frôle souvent l’accident de la route. Je touche du bois, en six ans ça ne m’est encore jamais arrivée mais c’est assez fréquent de voir des voitures accidentées la matin ou le soir, surtout sur les routes de forêt.

✿ Isolement :

A moins de travailler là où on est né, où on a grandi et à moins que les amis et la famille aient fait le même choix que nous de rester dans le coin, on est isolés du reste du monde (j’exagère à peine). Il vaut mieux donc bien s’entendre avec ses collègues…

✿ Peu d’opportunités pour changer d’entreprise :

C’est certainement le plus gros inconvénient à mes yeux. Il y a si peu d’entreprises en zone rurale, plus particulièrement de sièges ou d’entreprises internationales que lorsque l’on a trouvé un poste il est difficile voire impossible d’en trouver un similaire dans une autre société. C’est incompréhensible pour moi de voir toutes les boîtes s’agglutiner les unes à côté des autres dans un endroit surpeuplé, surcôté, surpollué, surbouchonné alors que la province est si belle et si agréable.

 

J’ai essayé d’être objective et de trouver de mettre en lumière autant les points rebutants que les points attrayants même si vous vous en doutez je joue dans la cour des « pro-campagne ».

Cet article vous plait ? Epinglez-le sur Pinterest !

avantages-inconvenients-travailler-campagne-mur

 

feuilles

Et vous, vous travaillez où ? Ca vous dirait de bosser à la campagne ou pas du tout ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 Commentaires

  • Delphine dit :

    Super article ! J’ai adoré ! Je vis et travaille aussi à la campagne et je trouve que tu as plutôt bien résumé tous les points positifs et négatifs !
    Comme toi, je n’échangerai pas ma campagne contre la ville ! :-)

  • Un article très sympa ! Je n’ai rien à ajouter de particulier, vu que suis dans la même situation (et sans regrets… si ce n’est que l’hiver est effectivement un peu trop froid pour la frileuse que je suis). Le point le plus embêtant avec la campagne, c’est la vie sociale forcément moins trépidante que celle des citadins… Au fait, nous habitons la même région :) Bisous

  • Céline dit :

    Très sympa à lire cet article. J’habite et travaille également à la campagne et j’espère que ca restera toujours comme ca. Aller travailler en ville c’est juste du stress. J’adore mon trajet pour aller travailler…le matin il faut juste que je croise une petite biche ou autre pour égailler ma journée :-D

  • Très bel article, j’ai quitté Paris en 2010 car mon mari a était muté en Normandie. J’étais très inquiète, j’étais malheureuse de devoir tous quitter (la peur de l’isolement, les amis, la famille, les boutiques, les salles de sports, etc.) et pour rien au monde, je n’y retournerais. Car, vivre à la campagne n’a que des avantages.
    Merci pour ton article. C’est toujours un plaisir de te lire.
    Diariata :D

    • angelique_glamconscious dit :

      Merci Diariata <3 Ce me fait plaisir que cet article résonne chez autant de monde.
      Je te fais plein de bisous !

  • Sophy dit :

    J’habite également en campagne, et même dans tes points négatifs je trouve du positif ! Je fais également parti du clan « je monte à cheval à ma pause » d’ailleurs :).

    Des bisous !

    Sophy, de jereveencadence.wordpress.com

  • mielou dit :

    Bonjour, je voulais juste ajouter que si vivre à la campagne veut dire moins de grandes enseignes, ça veut aussi dire moins de magasins spécialisés dans le bio (et le vrac on en parle même pas !) et moins de marché de producteur : j’habite dans un tout petit village et il n’y a pas de marché, donc pour les produits frais, on est obligé de faire 30mn en voiture…
    Mais sinon, je suis dans la team campagne aussi XD
    J’adore ton blog !!! bisous !

    • angelique_glamconscious dit :

      Coucou Mielou,
      Merci pour ton commentaire, ravie de te compter dans la #TeamCampagne !!! :-D
      C’est vrai qu’en habitant en zone rurale on a moins accès aux marchés et aux magasins bio mais on peut faire son potager. De mon côté j’ai de la chance d’avoir un Naturéo à 15 minutes en voiture de chez moi avec un choix de vrac intéressant, et je vais régulièrement à Paris donc je passe chez Un Monde Vegan pour faire le plein de choses difficiles à trouver…
      Par contre le thème de l’article c’était « travailler à la campagne », on peut y travailler mais vivre dans une ville de taille moyenne et donc ne pas avoir ce problème de courses ;-)
      A très vite ici !
      Bisous

  • Aurelia dit :

    Et bien Angélique, je peux te dire que ton article me fait un peu déprimer ! Enfin, dans le bon sens, je m’explique: j’habite à Bombay (autant dire que c’est Paris puissance 1000 niveau embouteillages, nuisances sonores et pollution). Et chaque jour qui passe les inconvénients de ville se font de plus en pls sentir et l’appel de la nature de plus en plus plus pressant. Mais dans l’immédiat, ce n’est pas envisageable de déménager. Du coup ton article me rappelle ce qui me manque, mais j’espère rejoindre la TeamCampagne prochainement, d’ici quelques années :)

  • Iza dit :

    Il y a à peu près 10 ans, j’ai quitté sans regrets la banlieue parisienne pour aller habiter dans un village de Bourgogne. Mon souci, c’est que mon travail est toujours à Paris et que je suis tributaire de la SNCF et des départementales pas toujours dégagées lors des hivers verglacés et/ou enneigés. Mais bon, je vis à la campagne – mon rêve depuis longtemps, mes filles y grandissent, nous voyons aussi beaucoup d’animaux sauvages (écureuils, renards, biches, chevreuils, canards, poules d’eau, etc.) et pouvons facilement aller nous promener quand ça nous chante. Et puis le calme ! Rien à voir avec le 9.3. Il y a un Biocoop formidable à 20mn en voiture de chez moi, j’en suis sociétaire et il a fêté ses 40 ans l’année dernière. Toujours à 20mn, j’ai trouvé une pizzeria avec une pizza végane (si !!!), un restau italien avec 2/3 plats vegans et un restau thaï formidablement bon où, quand on réserve et qu’on précise qu’on est végétalien, on nous concocte un plat sur mesure rien que pour nous. Il y a un autre restau qui propose des plats végé, mais nous ne l’avons pas encore testé. Dans un village proche, le pizzaiolo a mis une pizza végé sur sa carte rien que parce que j’en avais demandé une. C’est pas top, tout ça ? Comme je le disais, aucun regret, même avec les longs trajets.
    PS : ta robe est très, très jolie, et toi aussi ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *