Glam & Culture # 3 | Mars riche en pépites !

Le bilan culture de mon mois de mars est doux et savoureux. Je me suis délectée de livres et d’un film qui m’ont vraiment captivée. De très belles découvertes que j’étais impatiente de partager avec vous.

Je n’ai pas vraiment choisi les livres que j’ai lus ce mois-ci, ils m’ont soit été offerts, soit recommandés par mon école de naturopathie. Comme quoi ça a du bon de se le laisser porter avec confiance vers des univers que l’on n’aurait pas spontanément sélectionnés.

Autre point de satisfaction : mon challenge de lecture pour l’année 2017 est déjà atteint à 43%, sans me forcer ou me mettre la pression, car je ne tombe que sur des excellents livres que je dévore avec délice !

***

LE MYSTERE HENRI PICK, David Foenkinos ★★★

En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses… Aurait-il eu une vie secrète? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n’était qu’une machination? Récit d’une enquête littéraire pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi la preuve qu’un roman peut bouleverser l’existence de ses lecteurs.

J’ai reçu ce roman pour Noël alors qu’il n’était pas sur ma wishlist et j’en suis ravie. Je connaissais David Foenkinos pour avoir lu La Délicatesse, que j’avais beaucoup apprécié, mais je n’étais jamais allée plus loin dans son oeuvre. J’ai dévoré Le Mystère Henri Pick, une histoire qui traite du talent, spécifiquement dans le monde littéraire, auquel se mêle des romances d’un jour ou d’une vie.

Les portraits de plusieurs femmes se dessinent au fil des pages, chacune singulière et touchante à sa façon. Des histoires de couples, de vie à deux, entre passion, lassitude et non-dits. Mais c’est le mystère enveloppant la création d’une oeuvre qui confère à ce roman sa profondeur. A quoi un écrivain doit-il son succès ? Doit-il forcément avoir le profil de son oeuvre ?

Le Mystère Henri Pick se trouve à mi-chemin entre un roman d’amour(s) et un roman d’enquête qui m’a tenu en haleine de la première à la dernière page. Je ne m’attendais absolument pas à la chute, qui m’a surprise mais finalement ravie.

La plume de l’auteur est très agréable. Je compte bien craquer pour l’intégralité de sa bibliographie dans les mois à venir.

***

L’ATTENTAT, Yasmina Khadra ★★★

Amine, chirurgien israélien d’origine palestinienne, a toujours refusé de prendre parti dans le conflit qui oppose son peuple d’origine et son peuple d’adoption, et s’est entièrement consacré à son métier et à sa femme, Sihem, qu’il adore. Jusqu’au jour où, au cœur de Tel Aviv, un kamikaze se fait sauter dans un restaurant, semant la mort et la désolation. Toute la journée, Amine opère les victimes de l’attentat, avec pour tout réconfort l’espoir de trouver le soir l’apaisement dans les bras de Sihem.

Je précise tout de suite que j’ai censuré la deuxième partie du résumé ci-dessus car il gâche la surprise de la lecture. Si vous comptez le lire, épargnez-vous d’aller en découvrir davantage sur un autre site ou de lire des avis qui risqueraient de vous spoiler. Je n’avais pas lu la dernière de couverture lorsque j’ai entrepris ma lecture, j’ai donc eu la surprise et ai été choquée quand par la suite j’ai réalisé que ce qui consiste, selon moi, en l’intrigue du livre est révélé au dos du bouquin ! Je vais donc rester assez évasive dans mon commentaire pour ne pas trop en dire.

Ce livre ne peut laisser insensible, tant l’épineuse question dont il traite est tristement d’actualité et nous concerne de près ou de loin : les attentats. Celui-ci se déroule au coeur du conflit israélo-palestinien. C’est un univers et une zone géographique que je connais peu et mal, et qui me font froid dans le dos. J’ai tendance à mettre mes œillères pour tout ce qui a trait à la guerre et aux conflits armés, j’étais donc relativement mal à l’aise lorsque j’ai commencé ce livre. Malgré tout, l’intrigue m’a captivée et m’a donné matière à réfléchir.

C’est inhabituel de considérer ce qui peut se passer dans la tête d’un kamikaze, d’essayer de comprendre, de vraiment comprendre, ses motivations. On cherche rarement à comprendre le pourquoi. On juge, on stigmatise, on caricature. Il incarne à nos yeux le mal et ça nous va bien comme ça. Cette histoire nous pousse à voir plus loin, à contempler la scène d’un autre point de vue, à prendre de la hauteur. Peut-il y avoir de l’amour, du courage, de l’espoir, derrière un tel acte ?

Ce roman esquisse également la souffrance des proches du kamikaze. En les côtoyant pendant toute l’histoire de L’Attentat, on se prend à s’imaginer à leur place. A ressentir la certitude de l’innocence de l’être aimé, qui laisse place à l’incompréhension, la colère, le vide. L’injustice des représailles dont ils sont victimes nous apparaît alors révoltante.

Je ne vous cache pas que j’ai fait des cauchemars pendant la lecture de ce livre, et qu’un jour, à la gare du nord, j’ai crû voir une Kalachnikov braquée sur moi pour tant j’étais imprégnée par ce bouquin (c’était en fait une trottinette repliée !). Moi qui suis sensible, je m’entoure au maximum d’histoires et d’univers positifs pour cultiver un état d’esprit apaisé et serein ; c’est la raison pour laquelle je n’ai pas mis la note de 5 étoiles à L’Attentat, bien qu’il soit excellent.

Malgré cette ambiance lourde et anxiogène, je suis contente de l’avoir lu, pour trois raisons : parce que ça change de ce que je lis d’habitude et que j’ai aimé appréhender une sphère méconnue pour moi / parce que le style de l’auteur est de qualité / parce qu’il a élevé mon âme et m’a ouvert davantage l’esprit.

***

MINIMALISME, Judith Crillen ★★★

Trop d’objets inutiles, trop de déchets, trop de sollicitations, trop d’informations, trop de gaspillage… Face à tous ces excès, nous sommes de plus en plus nombreux à nous sentir en décalage avec notre moi profond et à rêver à un retour à la simplicité et à la sérénité.
Et si le minimalisme était la solution ?
C’est ce chemin qu’a choisi Judith Crillen qui nous livre dans cet ouvrage son expérience et ses conseils pour reprendre le contrôle de nos vies : désencombrer sa maison, manger moins mais mieux, réduire ses déchets, alléger son emploi du temps, éviter les achats impulsifs, pratiquer la digital détox, méditer, vivre en accord avec la nature, pratiquer la gratitude, prendre le temps de ne rien faire…
Le minimalisme, une révolution en douceur pour retrouver enfin bonheur, paix intérieure et liberté !

Un nouveau livre sur le minimalisme ? Cela ne pouvait que m’enchanter ! Quand Judith, la blogueuse qui se cache derrière Maman s’organise, m’a proposé de découvrir son livre, j’ai tout de suite accepté. Je souhaitais surtout le lire par curiosité, me demandant quelle approche avait choisie l’auteure pour apporter une plus-value par rapport aux livres déjà existants sur le sujet (La magie du rangement, Zéro déchet ou encore L’art de l’essentiel).

Ce qui le distingue de ce qui existe déjà selon moi, c’est que cet ouvrage n’est pas une méthode. Je le considère davantage comme un guide, un recueil de conseils pour survivre à la pression et aux manipulations de la société de consommation.

Ce que j’ai vraiment aimé, c’est qu’il ne s’attache pas seulement à la dimension matérialiste mais prend en compte toutes les sphères de la vie. Judith souligne le fait que le minimalisme s’inscrit dans une démarche complète, holistique. Elle le présente comme un mode de vie réfléchi, s’appuyant sur une réelle cohérence afin d’être en phase avec soi mais aussi avec le monde actuel. J’applaudis particulièrement la prise en compte de la problématique écologique.

C’est un ouvrage complet et succinct à la fois, qui se lit tout seul et qui se révèle extrêmement motivant. A lire et à relire, que l’on soit déjà dans une approche minimaliste ou que l’on n’y soit pas du tout initié. Chacun y trouvera forcément au moins une ou deux astuces pour enrichir son quotidien.

Une petite citation pour conclure : « le minimum est l’outil parfait pour vous aider à créer une vie qui vous plait, et tendre vers celle dont vous rêvez« .

***

LA GUERISON PAR LES FLEURS, Dr Edward Bach ★★★

Bactériologiste puis homéopathe, Edward Bach acquit fort jeune une grande réputation pour ses recherches sur le rapport entre les maladies chroniques et l’intoxication intestinale, recherches qui aboutirent à une thérapeutique en renom. Mais bientôt, insatisfait des ressources offertes par la médecine orthodoxe, il abandonna à ses confrères le fruit de ses recherches et laissa ses fonctions, son laboratoire, sa clientèle et les profits qui en résultaient afin de poursuivre au sein de la nature sa quête de la vraie médecine à sa source même. Il apporta alors à l’étude des plantes son don d’observation et la même minutie que dans ses recherches précédentes. Aidé par une sensibilité hors de pair, il découvrit ainsi trente-huit remèdes naturels correspondant à trente-huit états d’esprit négatifs courants chez l’homme, à la fois causes premières de la maladie et obstacles au rétablissement de la santé. Dans ce livre, l’auteur expose ce qu’est la maladie et comment s’en libérer; puis il énumère les états d’esprit qui peuvent être corrigés par les extraits de fleurs. La méthode d’application est très simple.

Comment vous dire… ? Je suis tombée amoureuse du Dr Bach. Si je le pouvais, je remonterais le temps pour aller rencontrer cet homme précurseur. Je ne connaissais de lui que ses fleurs, les fameuses fleurs de Bach, célèbres pour leurs vertus apaisant les émotions négatives.

En lisant ce court livre, j’ai rapidement pris la mesure des capacités de ce docteur en avance sur son temps. Son ouverture de conscience est vraiment impressionnante. Les mots qu’il utilise pour parler des troubles de l’esprit/l’âme, la conception qu’il a de la relation parents/enfants, sa façon d’appréhender la maladie sont encore très avant-gardiste dans notre monde contemporain.

Il était doté d’un vrai don, qui le rendait capable de découvrir le pouvoir d’une fleur en déposant un pétale dans le creux de sa main ou sur sa langue. Il développait même les symptômes de la maladie une semaine AVANT de découvrir la fleur qui en serait le remède. Incroyable, non ? Un homme du futur, destiné à faire évoluer la médecine allopathique et à aider l’humanité.

Un petit bouquin que tout le monde devrait lire, tant il décrit à la perfection les liens entre nos perceptions et nos maladies. Egalement pour les nombreuses solutions qu’il apporte, dans la seconde partie du livre, en détaillant ces élixirs. Ce livre m’a fait constater, une nouvelle fois, comme la nature est tellement parfaite.

C’est un livre que les parents en particulier devraient lire, tant son analyse du rôle de la parentalité est admirable et inhabituelle.

***

Du côté des salles obscure, j’ai vu :

Split ★★★

Avec James McAvoy, Anya Taylor-Joy, Betty Buckley

Interdit aux moins de 12 ans

Kevin a déjà révélé 23 personnalités, avec des attributs physiques différents pour chacune, à sa psychiatre dévouée, la docteure Fletcher, mais l’une d’elles reste enfouie au plus profond de lui. Elle va bientôt se manifester et prendre le pas sur toutes les autres. Poussé à kidnapper trois adolescentes, dont la jeune Casey, aussi déterminée que perspicace, Kevin devient dans son âme et sa chair, le foyer d’une guerre que se livrent ses multiples personnalités, alors que les divisions qui régnaient jusqu’alors dans son subconscient volent en éclats.
Ce thriller s’est révélé être une bonne surprise. Loin du film d’épouvante qui me fait me cacher dans mon pull, c’est surtout un film très intéressant sur le plan psy. Le trouble de la personnalité multiple, que je ne connaissais pas, est saisissant, dérangeant, troublant. Comment une personne peut-elle démultiplier ses personnalités et basculer de l’une à l’autre, au point d’avoir carrément des symptômes physiques de maladies propres à une seule des personnalités ?
L’acteur, très convaincant dans le rôle du déséquilibré, incarne brillamment les différentes personnalités pourtant très hétéroclites. Le scénario est parfaitement rythmé et n’a cessé de me surprendre. Je me suis laissée facilement happer par l’univers sombre et oppressant. Seul point négatif :  la tournure fantastique qui m’a dérangée, j’aurais voulu du réalisme jusqu’au bout.
En tout cas, c’est un film qui sort des sentiers battus. A voir.

***

 Et voilà mon mois de mars en livres et en film. Et chez vous, ça a donné quoi ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Commentaires

  • Très inspirant tout ça, Le Mystère Henri Picq me tente beaucoup! Par contre j’avoue, je n’ai pas résisté, je suis allée voir la suite du résumé de L’Attentat, mais vu le début, je m’en doutais…cela ne pouvait être que ça.
    En tous cas, merci pour ces idées :)

  • Viny dit :

    Je découvre ton blog et cette liste de lecture est très intéressante! J’adore le « challenge lecture », le site mentionné est vraiment super.
    J’avais lu L’attentat il y a très longtemps, bien avant que nos pays ne soient devenus des cibles, déjà à l’époque il m’avait retourné … je pense que si je le relisais, il aurait une tout autre dimension. Je rejoins ton avis sur la quatrième de couv. qui révèle un point essentiel de l’intrigue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *