Erreurs & formation en naturopathie

Avant de commencer ma formation en naturopathie, on m’avait prédit de grands bouleversements dans mon mode de vie. Que j’allais tout changer ou presque. J’avais du mal à le croire étant donné que j'avais déjà révolutionné de nombreux aspects de mon hygiène de vie ces dernières années. Entre l’alimentation végétale, bio et faite maison, les cosmétiques naturels et véganes, les produits de nettoyage écolo, la méditation, le yoga... Qu'est-ce qu'il pouvait encore rester à modifier ? Quelles erreurs à corriger ? Des bonnes pratiques nutritionnelles, des prises de consciences, la découverte de nouvelles techniques qui apportent bien-être et vitalité. C’est tout ça, la naturopathie.

En février 2017, j’ai commencé une formation en naturopathie qui se déroule sur un an et demi. On m’avait dit avant de commencer que je devais me préparer à voir des bouleversements dans ma vie. Que j’allais tout changer ou presque.

Des erreurs à corriger ?

J’avais du mal à le croire étant donné que j’avais déjà révolutionné de nombreux aspects de mon hygiène de vie ces dernières années.

Entre l’alimentation végétale bio et faite maison, les cosmétiques naturels et véganes, les produits de nettoyage écolo, la méditation, le yoga
Qu’est-ce qu’il pouvait encore rester à modifier ?

Les changements alimentaires

❀ Les huiles végétales

Avant le début de ma formation en naturopathie, je cuisinais principalement à l’huile d’olive bio première pression à froid. Dans les gâteaux il m’arrivait de la troquer contre de l’huile de coco et dans la salade je pouvais parfois mettre de l’huile bio de colza ou de la cameline (suite à ma consultation chez la naturopathe) mais ça s’arrêtait là.

Je ne m’étais jamais préoccupée plus que ça des lipides, persuadée que mes oléagineux m’apportaient ce dont j’avais besoin. J’avais zappé les oméga 3, ces acides gras essentiels que l’on trouve principalement dans les poissons gras. Un point sensible dans mon alimentation exclusivement végétale donc. Pour faire le plein de ces bons gras, je mise maintenant sur les huiles de cameline, de lin ou de périlla.

Autre scoop pour moi : ces huiles s’oxydent. Elles doivent être consommées rapidement (dans les trois semaines) et se conserver au frigo, sinon elles deviennent toxiques. Cela vaut pour toutes les huiles sauf coco et olive. TOUTES ! Colza, sésame, avocat, noix, tournesol… zou, au frigo !

Enfin, contrairement à ce que nous disent les marques qui les commercialisent, les huiles ne se chauffent pas ! A part l’huile de coco et l’huile d’olive, toutes les huiles deviennent toxiques si elles sont chauffées. Les huiles de colza, de tournesol et toutes leurs copines ne sont pas faite pour cuisiner. Le marketing nous tuera !

❀ Les algues

S’il y a bien des superaliments que chacun d’entre nous devrait avoir dans ses placards, ce sont les algues. C’est impressionnant tout ce qu’elles nous apportent. Elles sont bourrés de nutriments.

J’avais parlé du tartare d’algue dans cet article de découvertes, mais depuis j’ai jeté mon dévolu sur les haricots de mer. Il m’arrive de saliver rien que d’y penser (non ce ne sont pas des algues en chocolat !).

❀ La spiruline

Après les lipides, ce sont les protéines qui m’ont quelque peu affolée. Depuis mes débuts dans le végétarisme, je n’avais jamais craint de manquer de protéines et surtout je ne connaissais pas la règle des associations. Je pensais qu’en variant les sources j’allais forcément avoir tous mes acides aminés essentiels.

La spiruline est une algue d’eau douce aux propriétés multiples pour la santé. Bien sûr, en tant que végétalienne, j’en avais souvent entendu parler, mais je ne la considérais pas comme un must-eat.

La spiruline est la première source de protéine assimilable au monde et elle est aussi très riche en fer. Elle apporte également une foultitude de minéraux et vitamines.

J’en consomme dorénavant quotidiennement, soit sous forme de paillettes, soit en comprimés, avant tout pour assurer mon quota de protéines.

❀ Les jus d’orange et de citron

Depuis des années, je commençais mes journées avec un jus de citron bio pressé à jeun et un jus d’orange pressée avec mon petit déjeuner. C’était notre rituel du matin avec l’Amoureux : été comme hiver, cinq oranges pressées pour nous deux.

Une des premières choses que j’ai apprises pendant les cours de nutrition, c’est que les agrumes sont loin d’être des alliés pour la santé. Ils sont riches en vitamines mais ils peuvent être très acidifiants et donc déminéralisants pour certaines constitutions. Je fais partie de cette typologie de personnes que l’on nomme « neuro-arthritiques » et pour qui l’orange et le citron ne sont pas recommandés, sauf en été, et sans en abuser.

J’ai banni les jus de citron et d’orange à la maison, on tourne maintenant aux smoothies le matin.

❀ Le crû au début du repas

Autre grosse révélation pour moi : toujours commencer son repas par du crû. Je n’avais jamais croisé cette info somme toute logique : le corps reconnait ce qui est vivant, c’est-à-dire le crû. Quand c’est cuit, il n’identifie pas alors il se défend.

On appelle ça la leucocytose digestive. C’est une réaction inflammatoire : nos globules blancs (les leucocytes) combattent le cuit comme ils le feraient avec des microbes ! On doit cette découverte aux travaux de Paul Kouchakoff.

Finalement, l’habitude conventionnelle de commencer le repas par une entrée à base de crudité est une bonne chose !

❀ Les jus et les graines germées

Directement liés aux deux premiers points, les jus et les graines germées sont un condensé de vitamines et minéraux. Ce sont des aliments crûs et revitalisants. J’en consommais déjà avant ma formation en naturopathie mais j’ai bien intégré qu’il en faudrait idéalement chaque jour ou presque.

Je mets donc une grosse poignée de graines germées dans chacun de mes repas (sauf le petit déj). Comme je n’ai pas le temps en ce moment de les faire germer moi-même, j’en achète toutes prêtes.

Pour les jus, ils doivent être réalisés avec des légumes frais, bio, dans un extracteur de jus et non un blender ou une centrifugeuse. Comme la préparation et le nettoyage demandent un bon quart d’heure, j’essaie d’en préparer au moins trois soirs par semaine. Ils remplissent la fonction d’aliment crû de début de repas.

 ❀ L’eau en bouteille

Ahlala, l’eau en bou… l’eau en quoi ? BOUTEILLE ! Le drame de ma vie.

J’ai posé la question à quatre profs différents au sujet de l’eau distillée que je fabriquais grâce à mon distillateur. J’étais persuadée d’avoir trouvé LA solution saine et écolo pour avoir l’eau la meilleure possible.

Raté. Cette eau est certes très pure et n’apporte aucune cochonnerie mais elle emporte aussi les minéraux. Avec le combo agrumes + eau distillée, je vous laisse imaginer mon état de déminéralisation. Depuis, j’ai repris les choses en mains et j’achète de l’eau en bouteille.

Mais comme le sujet est loin d’être simple car toutes les eaux ne se valent pas, j’ai dans mes brouillons un article sur l’eau, qui devrait sortir… bientôt ! ;-)

❀ Le germe de blé

Le germe de blé, riche en vitamines et minéraux (fer, zinc, magnésium…), en protéines (31 grammes pour 100 grammes) et en Oméga-3, est un concentré de vie qui aide à la revitalisation.

Je l’ai intégré à mon plan d’attaque pour récupérer toute la vitalité perdue à cause de mes mauvaises habitudes, les agrumes et l’eau distillée notamment.

J’achète le Germlyne qui se présente sous forme de poudre dans un grand sachet pour un prix dérisoire (environ 2,50 euros les 250 grammes). Pour la petite histoire, il est produit par les moines de l’abbaye cistercienne trappiste Notre-Dame de Sept-Fons (Allier). Je trouve ça génial ! Ca m’a trop donné envie d’aller visiter leur monastère.

❀ Le petit déjeuner

Je clôture ce chapitre nutritionnel avec le cas du petit déjeuner. Pour être en forme après une nuit de jeûne, le premier repas de la journée doit apporter protéines, glucides et lipides.

Je veille donc à avoir chaque matin ma dose de fruits, de céréales, d’oléagineux et d’huile ! Oui, vous avez bien lu, j’ajoute une petite cuillère d’huile de périlla dans mon porridge ou mon smoothie !

Les changements bien-être et énergétiques

❀ Les fleurs de Bach

C’est une vraie fascination que j’ai pour le docteur Bach et ses 38 élixirs floraux. A mi-chemin entre la science et la magie, ces petits flacons aident à calmer les maux de l’esprit. Ces macérations naturelles de fleurs sont hyper diluées, comme l’homéopathie, ce ne sont pas les molécules qui les rendent intéressantes, mais leur charge énergétique, l’information qu’elles contiennent.

On peut les prendre sous forme de gouttes, de pulvérisations ou tout simplement garder le flacon sur soi.

J’utilise l’élixir N°16, le honeysuckle (chèvrefeuille) pour progresser dans le présent, ne plus être nostalgique des jours passés.

Pour les périodes de stress comme une présentation orale, je me tourne vers le complexe rescue (secours), un mélange de 5 fleurs : cherry plum, star of Bethleem, clematis, impatiens et rock rose. C’est un harmonisant floral à utiliser dans les situations d’urgence émotionnelle, crise de panique, peurs, réveils brutaux, angoisses, appréhension, stress, examens, trac, etc… Les résultats sont immédiats.

Pour comprendre l’approche du Docteur Bach et la puissance de ses élixirs, je vous recommande de lire La guérison par les fleurs que j’avais présenté dans une revue culturelle.

❀ Les massages

Je vous parlais des bienfaits des massages dans un récent article. Si je souhaite me faire masser régulièrement, j’ai aussi décidé de mettre à profit les connaissances que j’ai acquises pendant mes cours. Les cours pratiques de techniques manuelles font partie de ma formation de naturopathie alors autant les exploiter.

Je vais ainsi pouvoir procurer du bien-être aux personnes qui m’entourent et également travailler l’ancrage dans le moment présent.

Je viens de recevoir ma table de massage, j’ai hâte de commencer à m’en servir !

❀ Les bains

J’aime beaucoup les cours d’hydrothérapie, une des dix techniques utilisées en naturopathie. Je trouve que les conseils sur l’utilisation de l’eau sont plein de bons sens et souvent faciles à mettre en application.

J’ai la chance d’avoir une baignoire mais je ne l’utilisais pas beaucoup. Maintenant, j’en profite ! Je prends plusieurs bains par semaine, souvent le matin, même quand je me lève aux aurores pour prendre mon train à 7h30 !

Quinze minutes à faire trempette suffisent pour procurer un délassement et commencer la journée sans stress (à condition de ne pas s’endormir dedans !). Le week-end ils sont bien plus longs, c’est la parenthèse cocooning garantie !

Si on n’a pas de baignoire, on peut faire des bains de pieds dans une bassine, ça fonctionne à merveille aussi. Chaud en hiver, tiède ou froid en été.

❀ Le sommeil : un cycle de 90 minutes

J’ai toujours accordé de l’importance à mon sommeil mais je n’avais pas connaissance des différents cycles qui composent une nuit. Ils durent en moyenne 90 minutes, je fais donc en sorte de programmer mon réveil pour dormir 7 heures et demi plutôt que les 8 heures recommandées.

Hasard ou coïncidence : j’ai remarqué que je suis en meilleure forme quand je dors 7 heures et demi plutôt que 8 heures !

❀ Les consultations avec une énergéticienne

C’est le dernier gros changement : j’ai débuté une thérapie avec une énergéticienne. J’y allais au début par simple curiosité, pour faire un bilan énergétique, j’étais loin de me douter ce que cela allait mettre en place. Les séances sont riches, intenses, précieuses. Et ce n’est que le début…

Ces changements induits par ma formation en naturopathie vous intéressent ? Epinglez-les sur pinterest !

Avant de commencer ma formation en naturopathie, on m’avait prédit de grands bouleversements dans mon mode de vie. Que j’allais tout changer ou presque. J’avais du mal à le croire étant donné que j'avais déjà révolutionné de nombreux aspects de mon hygiène de vie ces dernières années. Entre l’alimentation végétale, bio et faite maison, les cosmétiques naturels et véganes, les produits de nettoyage écolo, la méditation, le yoga... Qu'est-ce qu'il pouvait encore rester à modifier ? Quelles erreurs à corriger ? Des bonnes pratiques nutritionnelles, des prises de consciences, la découverte de nouvelles techniques qui apportent bien-être et vitalité. C’est tout ça, la naturopathie.

Vous aviez connaissances de ces conseils bien-être ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

24 Commentaires

  • kat dit :

    Merci pour cet article Angelique c’est super intéressant ! De plus en plus je le dis que je ferai bien une formation de naturopathie…Je me rends compte qu’en pensant bien faire j’ai pas mal de mauvaises habitudes…je bois également un jus de citron le matin (dilué dans de l’eau) comment peut on savoir si c’est adapté ?
    Bonne journée et bon weekend ! ❤️

    • angelique_glamconscious dit :

      Salut Kat !
      Merci pour ton retour, ça me fait plaisir que ce genre d’articles vous soit utile :)
      Pour ce qui est du citron, pour savoir si ça te convient : es-tu du genre frileuse ou à sortir sans écharpe ni bonnet même en plein hiver ? As-tu souvent les mains et les pieds froids ? As-tu une silhouette plutôt longiligne ou bréviligne ? Ton visage a-t-il tendance à être rond ou plutôt creusé au niveau des joues comme moi ?

      • kat dit :

        Merci Angelique ! Je suis plutôt frileuse, avec les mains et pieds gelés en hiver! Et oui pareil que toi j’ai un visage plutôt allongé.

        • angelique_glamconscious dit :

          Donc tu serais plutôt neuroarthritique ;) Le citron le matin, tous les jours pendant toute l’année, ce n’est pas génial. Après tu peux consulter un.e bon.ne naturo pour t’aiguiller. Tu es sur Paris ?

          • kat dit :

            Je suis sur montpellier j’avais vu une naturo il y a quelques années je ne me souviens plus si on avait parlé de ça ! Il faudrait que j’y retourne.

  • Ton article est très intéressant, merci !

    Le seul point qui m’interpelle un peu, c’est sur l’importance de consommer du cru en début de repas. C’est tout l’inverse qui est conseillé par la médecine chinoise, qui préconise au contraire de consommer chaud (pas forcément hyper cuit mais au moins passé à la vapeur/poêle quelques minutes). L’estomac aurait beaucoup moins de difficultés à travailler comme cela… Et côté médecine indienne, le chaud est également conseillé pour les constitutions froides (vata). Donc je pense que aussi à définir au cas par cas. As-tu eu l’occasion d’en discuter avec tes formateurs ?

    Sinon comment gères-tu l’impact écologique de la consommation d’eau en bouteille et les bains plusieurs fois par semaine ? (Je pars d’un point de vue conscience écolo hein ! Je ne juge pas du tout !) De mon côté psychologiquement l’eau en bouteille je ne peux toujours pas, même après ton article ^^

    • angelique_glamconscious dit :

      Coucou Astrid !
      Je vois que cet article interpelle, mais c’est normal, je l’ai vécu pareil pendant les cours :)
      En ce qui concerne le crû, en effet il faut adapter, y aller progressivement par exemple pour une personne qui a un intestin fragile. En ce qui concerne les constitutions froides de l’ayurveda, c’est l’équivalent des neuro-arthritiques en naturopathie. Manger crû ne veut pas forcément dire froid, sauf si ça sort du frigo. Et en général quand on se fait un jus, même si les légumes sortent du frigo, une fois qu’il est prêt le jus est à température ambiante.
      On conseille aux neuroarthritiques de manger du crû au début du repas puis de continuer avec du chaud, du yang, pour réchauffer leur constitution. En été ça pose moins de souci car le corps est chaud, le foie (l’organe le plus chaud du corps mais aussi un des plus sollicités) a bien chaud donc il fonctionne bien, les aliments froids passent mieux.

      Et pour les bouteilles d’eau, je te comprends, j’étais pareille ! Il m’a fallu deux mois, cinq cours et quatre profs différents pour que je me fasse à l’idée que j’allais acheter des bouteilles… J’ai fini par réaliser que l’eau est l’élément le plus important du corps (70% de notre constitution) donc continuer à boire de l’eau de mauvaise qualité alors que j’essaie d’avoir la meilleure hygiène de vie possible, ça n’avait pas de sens. J’ai vu les effets de l’eau distillée (et du citron) sur ma vitalité et ma santé, j’ai donc arrêté de l’utiliser. On nous a montré des photos de cristallisations de différentes eaux, ça permet de voir la structure de l’eau et celle du robinet faisait flipper… Donc j’ai fait le choix de ma santé. Surtout que j’évite au maximum le plastique dans tous les domaines, notamment l’alimentation en achetant et cuisinant moi-même; je considère que s’il n’y a que l’eau qui génère du plastique, je fais déjà un travail énorme. Ma vision c’est que l’eau, est un élément vital dont je ne peux pas me passer, donc je n’ai pas vraiment le choix. Mais j’espère qu’on reviendra bientôt aux bouteilles en verre consignées.

      Enfin pour les bains, c’est un point de vue personnel. J’ai arrêté de vouloir vivre à la perfection (c’est d’ailleurs LE conseil de mon énergéticienne à chaque fois que je la vois). Je fais déjà d’énormes économies d’eau en étant végane : il faut en moyenne 15.500 litres d’eau pour produire seulement 1 kilogramme de bœuf. La viande, le lait, le fromage, consomment bien plus d’eau que mes bains :) Surtout que pour ceux du matin, je ne remplis pas la baignoire, j’en mets seulement un tiers je pense.
      Je pars du principe qu’en étant bien dans ma peau et relaxée, ça bénéficie à la planète car ce sont de bonnes ondes que je diffuse, que je n’ai pas besoin de prendre des médicaments (qui polluent, engendrent des déchets), que je suis opérationnelle pour mettre de l’énergie dans ce que je peux changer à mon échelle etc etc.

      Tout ça m’a demandé un travail de lâcher-prise, qui est loin d’être terminé ;-)

  • Marlou_fermiere dit :

    Bonjour, merci pour cet article très intéressant. Qu’en est-il de l’eau du robinet? Je vois souvent des articles qui disent que toutes les eaux en bouteilles ne sont pas bonnes (pesticides…) et qu’on nous trompe, qu’il s’agit de marketing et d’engraisser toujours les mêmes : Danone and Co…
    Merci pour la précision sur les huiles à mettre au frigo! Je ne savais pas!

    • angelique_glamconscious dit :

      Bonjour Marlou,
      En effet toutes les eaux en bouteille ne sont pas bonnes, mais surtout à cause de la minéralité. Il vaut mieux boire de l’eau faiblement minéralisée comme la Mont Roucous que l’on peut trouver en supermarché et en magasin bio. Je vais préparer un article sur l’eau parce que c’est un gros sujet.
      Si tu veux boire l’eau du robinet, il faut la filtrer, au minimum avec une carafe de type Brita mais bien penser à changer le filtre tous les 15 jours (sinon ça devient toxique). Malheureusement, au jour d’aujourd’hui, en ce qui concerne l’eau, il n’y a pas de solution idéale à part une fontaine qui fait de l’eau parfaite mais qui coûte cher (2000 euros je crois !).
      PS : pour les huiles j’ai fait une mise à jour de l’article car j’avais oublié une autre info importante.

  • Kariana dit :

    Merci pour toutes ces informations !
    En ce moment je fais une cagnotte pour suivre une formation de conseillère en naturopathie (la formation de naturopathe complète étant trop chère pour moi) et quand je lis tout ça, ça me donne vraiment envie de m’y mettre !
    Petite question, quelle formation suis-tu ? Avec quel organisme ? Est-ce qu’une formation à distance serait suffisante pour avoir les connaissances ?

    • kat dit :

      Ca m’intéresse également ! Je crois que tu avais écrit un article sur la formation que tu suis Angelique mais je ne le retrouve pas !

      • angelique_glamconscious dit :

        Non je n’ai pas encore écrit d’article à ce sujet, c’est normal que tu ne le trouves pas. J’attends d’avoir bien avancé dans la formation pour pouvoir m’exprimer dessus, donner des conseils etc :)

        • Kat dit :

          Ok avec le recul effectivement ce sera mieux :) Tu es toujours en emploi salarié alors ?

          • angelique_glamconscious dit :

            Oui je suis toujours salariée :) Donc je suis ma formation et je conserve quasi tout mon salaire.
            Tous les FONGECIF ne prennent pas en charge la naturo, par exemple en IDF ils refusent apparemment tout le temps. Dans ma région ils acceptent donc c’est cool ! :)

    • angelique_glamconscious dit :

      Coucou Kariana,
      C’est clair que la formation n’est pas donnée. Tu as essayé de regarder du côté des aides ? Par exemple moi c’est le FONGECIF qui me la prend en charge.
      Je fais la formation du CENATHO, à Paris, en intensif 3 jours par semaine.
      Avec une formation à distance tu peux en effet acquérir les connaissances mais il manquera la pratique, l’apport si précieux des professeurs et les échanges avec la promo. Le point fort de la naturo c’est de proposer une individualisation qui se base sur l’observation de la personne, dans ce qu’on appelle le bilan d’hygiène vitale. C’est un gros morceau de réussir à décrypter la personne, on fait beaucoup d’entraînements en cours.
      Donc la formation à distance pour acquérir les connaissances oui, pour conseiller ensuite dans un magasin bio, travailler pour une marque de compléments alimentaires, faire du coaching nutrition etc. je pense que c’est adapté. Par contre pour encadrer des personnes en cabinet, par exemple quelqu’un avec des problèmes de thyroïde, ou avec un cancer, ça risque d’être délicat mais ce n’est que mon point de vue au bout de six mois de formation. Au jour d’aujourd’hui je ne sais même pas si après ma formation je me sentirai capable de prendre en charge des personnes avec de grosses pathologies, à cause de mon manque d’expérience j’aurais tellement peur de faire des bêtises…
      Après, n’ayant jamais suivi de formation à distance, j’ai du mal à me rendre compte du niveau acquis à la fin, de l’encadrement pendant tout le cursus etc.
      Je te conseille d’aller aux portes ouvertes, rencontrer les formateurs et des anciens, pour voir ce qu’ils font maintenant qu’ils ont fait leur formation à distance etc.
      Et d’écouter ton intuition ;-) elle saura ce qui est le mieux pour toi.

      • Kariana dit :

        C’est justement la formation du cenatho que je compte faire, mais la petite ! J’ai laissé tomber celle que tu fais car 11.000 euros je ne peux pas (hors frais de transport et stage en plus).
        J’ai déjà essayé de regarder pour des financements, ça m’a été refusé de partout. Car pas conventionné. Et je n’ai pas cumulé assez d’heures avec le CIF car pas assez bossé, c’est le cercle vicieux du chômage => pas d’expérience => chômage :/
        Merci pour les réponses !

        • angelique_glamconscious dit :

          J’ai l’impression que tu me parles de DIF (qui n’existe plus car devenu le compte formation) plutôt que du CIF : congé individuel de formation. C’est géré par le FONGECIF, un organisme qui dépend de l’état. Il faut monter un dossier sur ton projet pro et passer devant une commission. Par contre il faut être salarié, donc si tu es au chômage ça n’est pas adapté.
          Avec la petite formation du CENATHO ça t’ouvrira déjà des portes pour sortir du chômage, bosser dans un magasin bio ou pour une marque, ça peut être sympa :)
          Courage, tu vas y arriver !

      • Kat dit :

        Alors ça c’est très intéressant car je ne pensais pas que le fongecif prenait en charge les formations de naturopathe ! Je suis actuellement salariée donc je vais aller voir…

  • Elie dit :

    Bonjour Angelique !

    J’ai moi aussi commencé une formation de Naturopathe-Iridologue, au CNR André Lafon, en octobre dernier !
    Ma formation est sur 3 ans, à distance mais avec quelques stages par an. Ce format me convient car il me permet de conserver mon emploi à plein temps.
    Quel est ton projet pro du coup ? Moi je suis vraiment perdue ^^ comme toi, je ne me sens pas légitime de recevoir des personnes en cabinet…
    Bon courage en tout cas pour la suite :) :)

    • angelique_glamconscious dit :

      Coucou Elie !
      Oui c’est l’avantage des formations week-ends et des formations à distance. Par contre, comme moi qui continues à travailler, tu dois avoir un emploi du temps hyper chargé. Tu arrives à trouver du temps pour étudier ? A combien s’élèvent les frais de la scolarité pour un tel cursus ?
      J’ai pas mal d’idées pour la suite, c’est le point fort d’avoir fait une demande de CIF, il a fallu que je construise un business plan, que je me projette. Je ne sais pas encore comment ça va se concrétiser car j’aimerais à la fois faire des formations complémentaires après la naturo, notamment en développement personnel, sophrologie, mais j’aimerais aussi continuer à faire la communication, en bossant avec des marques du secteur bien-être.
      On verra bien quelle tournure prendra mon entreprise, en fonction du réseau que je suis en train de me créer, des opportunités. Je fais confiance au destin :) Ce qui est sûr c’est que je ne veux pas de cabinet.
      Tu bosses dans quoi actuellement ?

      • Elie dit :

        Je suis graphiste dans une entreprise, je travaille 39h/semaine avec plus de 7h de trajet par semaine. Autant te dire qu’en effet c’est parfois difficile de trouver le temps d’étudier. Je reçois chaque mois deux livrets à lire et étudier, et je rends un devoir par livret. J’ai jusqu’à juillet 2019 pour faire l’intégralité des devoirs (environ 80), mais pour l’instant j’essaye de me tenir à jour et de faire les 2 livrets par mois. En début d’année à cause de gros travaux immobiliers j’ai pris du retard, mais ça y est j’ai tout rattrapé :)

        Je paye 7000€ pour tous les supports et les 5 stages présentiels. Il est vrai que j’aurai préféré une formation sur 1 an et demi comme toi avec du présentiel uniquement, mais financièrement je ne pouvais pas me permettre d’abandonner mon salaire… Et la formation n’est pas prise en compte dans mon cas (ou alors je n’ai pas assez cherché… tant pis). Et je n’ai pas voulu en parler à mon employeur, ma formation est donc top secrète pour eux ^^

        Je serai ravie d’en discuter plus amplement avec toi, en effet moi aussi je souhaiterais enchaîner sur des formations supplémentaires, ou réfléchir à comment lier l’art et la relaxation… mais tout est encore un peu flou !
        Cela fait néanmoins beaucoup de bien d’avoir un projet qui nous donne envie d’aller de l’avant, et qui véhicule tant de choses positives et bienveillantes :)

  • AnneC dit :

    coucou aurais tu une adresse de naturopathe à me recommander dans le 60/77? Merci!

  • Koalatagada dit :

    Je dirai que j’en connaissais pas mal mais que j’en ai appris beaucoup aussi dans cette article donc merci )
    En plus des fleurs de Bach jaime beaucoup le pouvoir que certaines pierres procurent :) pour ce qui est de l’alimentation je vais me mettre aux gellules de spiruline je pense que vu ce que tu as pu en dire ça ne me ferais pas de mal :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *