Eau et santé : la vérité sur la qualité des eaux qu’on nous fait boire

L’eau c’est la vie, dit-on. Effectivement, quand on sait que le corps en est composé à 70% voire 90% pour les bébés, on saisit l’importance de ce liquide pour la santé. Toutefois ne devrait-on pas plutôt parler DES eaux ? Oui, car toutes les eaux potables se ne valent pas.

Jusqu’en mai 2017, je n’avais JAMAIS acheté d’eau en bouteille pour ma consommation domestique.

J’ai toujours considéré l’eau en bouteille comme un crime contre l’environnement (j’avais d’ailleurs commencé un article sur les solutions pour ne pas en acheter qui traîne dans mes brouillons depuis plus de deux ans).

Jusqu’à lors, je buvais l’eau du robinet. Soit telle qu’elle, soit filtrée avec une carafe Brita, soit purifiée avec mon distillateur (que j’avais montré dans l’article sur ma cuisine zéro déchet).

Puis, j’ai commencé ma formation de naturopathie et j’ai eu des cours sur l’eau de boisson qui m’ont fait revoir ma position.

L’eau en bouteille, c’est l’immense changement de ces derniers mois dans mon hygiène de vie. J’achète du plastique et j’ai franchement du mal à m’y faire mais c’est le compromis que j’ai fait, pour ma santé.

L'eau c'est la vie, dit-on. Effectivement, quand on sait que le corps en est composé à 70% voire 90% pour les bébés, on saisit l'importance de ce liquide pour la santé. Toutefois ne devrait-on pas pas plutôt parler DES eaux ? Oui, car toutes les eaux, potables se ne valent pas.


Peut-on vraiment boire l’eau du robinet ?


L’eau du robinet est déclarée potable par les autorités, nous pouvons donc a priori la boire sans danger. La deuxième signification de ce mot nous met toutefois la puce à l’oreille : potable veut dire aussi « passable, dont on peut se contenter ». Une eau « ok mais sans plus », donc.

Pourquoi être vigilant-e avec l’eau du robinet retraitée ?

Parce qu’elle contient des pesticides, des résidus médicamenteux, des hormones provenant des urines des femmes sous contraceptif chimique, des détergents, des phtalates issus des revêtements des tuyaux et du chlore dû aux traitements pour l’assainir. Le chlore, à lui seul, est potentiellement cancérigène (cancers du rectum, de la vessie).

Certaines communes ont la chance de bénéficier d’eau de source captée par château d’eau qui les préservent de quelques substances issues des retraitements.
C’est le cas de ma commune. Cette eau devrait donc être qualitative. Pour autant, les contrôles effectués tirent comment conclusion que « la teneur en perchlorates étant supérieure à 4 µg/l, la Direction Générale de la Santé recommande de limiter l’utilisation de l’eau pour la préparation des biberons des nourrissons de moins de 6 mois ». Si cette eau n’est pas bonne pour les bébés, pourquoi le serait-elle pour les enfants et les adultes ?!

► Pour connaître les conclusions sanitaires suite aux prélèvements sur l’eau de votre commune : consultez ce site (France et Dom Tom).

Dans tous les cas, que l’eau du robinet soit retraitée ou de source, elle ne respecte pas les critères de la bioéléctronique (voir plus bas).

L'eau c'est la vie, dit-on. Effectivement, quand on sait que le corps en est composé à 70% voire 90% pour les bébés, on saisit l'importance de ce liquide pour la santé. Toutefois ne devrait-on pas pas plutôt parler DES eaux ? Oui, car toutes les eaux, potables se ne valent pas.


L’eau en bouteille est-elle toujours fiable ?


Nous, Français, buvons en moyenne 150 litres d’eau en bouteille chaque année par personne. C’est un choix que nous faisons pour préserver notre santé. Mais que savons-nous de l’eau que nous achetons ?

Que connaissons-nous vraiment de l’eau, de ses caractéristiques, de ses atouts et inconvénients pour notre organisme ?

Sommes-nous en mesure d’analyser sa composition, sa qualité ?

Ou bien faisons-nous confiance aveuglement aux marques, aux publicités, en croyant savoir ?

Vous pensez certainement que l’eau minérale est la meilleure eau pour votre organisme. Qu’elle est bienveillante car elle vous apporte tous les minéraux dont votre corps a besoin. C’est normal, c’est la ritournelle qu’on nous chante depuis toujours.

Les lobbies sont partout. Comme pour la viande et le lait, je suis encore une fois tombée de haut. Je n’arrive pas à comprendre comment le gouvernement peut laisser des mensonges se propager alors qu’ils vont à l’encontre du bien-être des citoyens !

L'eau c'est la vie, dit-on. Effectivement, quand on sait que le corps en est composé à 70% voire 90% pour les bébés, on saisit l'importance de ce liquide pour la santé. Toutefois ne devrait-on pas pas plutôt parler DES eaux ? Oui, car toutes les eaux, potables se ne valent pas.


Les critères d’une bonne eau


La minéralité et le potentiel hydrogène (cité sous l’abréviation pH) sont deux critères bien connus pour qualifier une eau. Ce n’est pas le cas des deux autres paramètres bioélétroniques découverts par Louis-Claude Vincent : le potentiel d’oxydo-réduction et la résistivité.

1. La minéralité

Il existe deux types d’eau en bouteille : l’eau minérale et l’eau de source. La première est fortement minéralisée, la deuxième beaucoup moins.

Contrairement à ce qu’on nous fait croire, le rôle de l’eau n’est pas d’apporter des minéraux mais d’hydrater et d’emporter les déchets qui sont filtrés grâce aux reins. Pour la santé, une bonne eau quotidienne doit être faiblement minéralisée.

Une eau fortement minéralisée consommée régulièrement encrassera l’organisme de cristaux (les reins, les articulations) et empêchera le corps d’éliminer correctement les différents déchets circulant dans le sang, issus de l’alimentation, de l’activité des cellules, des pollutions etc.

  • Très faiblement minéralisée : la teneur de l’eau en sels minéraux est inférieure à 50 mg/l (en résidu sec à 180° C)
  • Faiblement minéralisée : la teneur de l’eau en sels minéraux est inférieure à 500 mg/l (en résidu sec à 180° C)
  • Moyennement minéralisée : la teneur de l’eau en sels minéraux est entre 500 et 1500 mg/l ( en résidu sec à 180° C)
  • Riche en sels minéraux : la teneur de l’eau en sels minéraux est supérieure à 1500 mg/l (en résidu sec à 180° C). Leur proportion donnera à l’eau diverses propriétés (Hépar, Contrexéville, Vittel, St Yorre… )

► Au quotidien, privilégiez une eau faiblement minéralisée, avec un taux de résidus secs inférieur à 50 mg/l. Le taux de résidu sec est normalement mentionné sur l’étiquette.

Louis-Claude Vincent disait en 1953 « toute eau dont la minéralisation est supérieure à 150mg/l est une eau qui ne doit jamais être bue. C’est une eau entartrante, sclérosante, facteur de vieillesse prématurée ».

Exemple, la minéralité d’Evian : 345 mg/l

L'eau c'est la vie, dit-on. Effectivement, quand on sait que le corps en est composé à 70% voire 90% pour les bébés, on saisit l'importance de ce liquide pour la santé. Toutefois ne devrait-on pas pas plutôt parler DES eaux ? Oui, car toutes les eaux, potables se ne valent pas.

2. Le potentiel hydrogène : pH

Le pH de l’eau, indiqué sur les étiquettes des eaux minérales, donne une indication sur son acidité. Il est compris entre 6,5 et 9. On considère qu’un pH de 7 est neutre.

  • Neutre = 7
  • Acide < 7 (de 1 à 6,9)
  • Alcalin = basique >7 (de 7,1 à 14)

► Une eau de boisson doit être normalement autour de 6,8

3. Le potentiel d’oxydo-réduction : rH²

Le rH² est la mesure de l’oxydation d’un milieu, elle donne donc son état de conservation. Le rH² varie de 0 à 42. On dit qu’une solution qui gagne des électrons est réduite (rH² entre 0 et 28) et qu’une solution qui perd des électrons est oxydée (rH² entre 28 et 42).

La jeunesse se caractérise par un coefficient ou potentiel d’oxydo-réduction bas : environ 22 ; le vieillissement, au contraire, se traduit par un coefficient élevé. La santé a un rH² compris entre 21 et 23. Le sang a un rH² de 21 – 22 et l’eau du robinet est à 30.

  • Oxydé > 28 (de 1 à 27,9)
  • Réduit < 28 (de 28,1 à 42)

► Dans l’ensemble toutes les eaux sont oxydées sauf Hydroxydase car elle est captée sous terre.

4. La résistivité : rô

C’est la résistance d’un milieu liquidien au passage d’un courant électrique. Il indique la viscosité ionique. Plus la résistance est élevée et plus le milieu est pur et peu riche en sels minéraux.

  • Elevé = solution très pure (vers ∞)
  • Bas = solution chargée de métabolites

L’eau du robinet, bien que les paramètres soient très variable selon les points de captation, a très fréquemment une résistivité qui se situe entre 500 et 1000 ohms, signe d’une forte charge minérale.

► L’eau que l’on boit devrait avoir une résistivité supérieure au moins à 6000 à 7000 ohms.

 

Idéalement, l’eau de boisson devrait donc respecter les critères suivants :

  • taux de résidus secs inférieur à 50 mg/l
  • pH entre 6 et 6,5
  • rH² inférieur à 28 (entre 21 et 28)
  • résistivité supérieure au moins à 6000 à 7000 ohms

Comparatifs d’eaux en bouteilles connues


Vittel : résidus = 840 / pH = 7,6 / rô = 800 / rH² = 27

Valvert : résidus = 200 / pH = 7,6 /rô = 2800 / rH² = 27

Evian (source Cachat) : résidus = 310 / pH = 7,4 /rô = 1700 / rH² = 26,5

Hépar : résidus = 2500 / pH = 7,3 /rô = 380 / rH² = 30

Badoit : résidus = 1400 / pH = 5,9 /rô = 500 / rH² = 25

St Yorre : résidus = 4600 / pH = 6,4 /rô = 140 / rH² = 25


Les meilleures eaux sur le marché français


Rosée de la Reine (disponible en magasins bio) : résidus = 26,8 / pH = 5,8 / rô = + de 30000 / rH² = 25,2

Montcalm (disponible en magasins bio) : résidus = 26,8 / pH = 6,8 / rô = 30000 / rH² = 25,95

Mont Roucous : résidus = 19 / pH = 6,1 / rô = 45000 / rH² = 25

Celtic (disponible en magasins bio, existent en bouteille en verre) : résidus = 50 / pH = 6,4 / rô = 18182 / rH² = 27

Lauretana : résidus = 14 / pH 5,8 / rô = 55818 / rH² = ?

Volvic : résidus = 130 / pH 7,3 / rô = 8 475 / rH² = 27,42


Mais le plastique, c’est toxique !


C’est le gros point négatif de l’eau en bouteille : les emballages en plastique transfèrent dans l’eau et même si les molécules du plastique sont en très  faible quantité, elles ont des effets cancérigènes et sont des perturbateurs endocriniens.

Pour limiter les risques, 3 règles :

1/ mieux vaut choisir des bouteilles en plastique de type 2, 4 et 5 (mentionné dans un petit triangle).

2/ ne pas exposer les bouteilles en plastique au soleil

3/ quand elles sont vides, ne pas les réutiliser pour boire à nouveau dedans

Autre solution (de luxe), acheter de l’eau en bouteille en verre. A quand le retour des consignes ?!


Les puits artésiens de Paris


Les Parisiens peuvent se procurer de l’eau de qualité autrement qu’en achetant des bouteilles. En effet, la ville est dotée de trois puits artésiens en libre-service. C’est une une eau ferrugineuse vieille de 25 000 ans issue de la nappe fossile de l’Albien.

Pour en savoir plus sur cette eau, je vous conseille de lire l’article écrit par mon amie Christelle.

Localisations des puits artésiens parisiens :

  • 13e arrondissement, place Paul Verlaine, non loin de la Butte aux Cailles
  • 16e arrondissement, square Lamartine
  • 18e arrondissement, square de la Madone

L'eau c'est la vie, dit-on. Effectivement, quand on sait que le corps en est composé à 70% voire 90% pour les bébés, on saisit l'importance de ce liquide pour la santé. Toutefois ne devrait-on pas pas plutôt parler DES eaux ? Oui, car toutes les eaux, potables se ne valent pas.

En matière d’eau, vous l’aurez compris, il n’y a pas de solution parfaite. Il y va d’un compromis inévitable entre la santé, l’écologie, le coût financier… A chacun de faire son choix, en connaissance de causes.

J’espère en tout cas que cet article vous aura aidé-e à comprendre l’importance d’une eau de qualité et la complexité pour en choisir une qui réponde à tous les critères.

N’hésitez pas à creuser le sujet de la bioéléctronique, Louis-Claude Vincent s’en est servi pour décrire 4 types de terrains sur lesquels se développent les maladies ou s’inscrit la santé, en fonction des paramètres de résistivité et d’oxydo-réduction. C’est passionnant !

***

 

Cet article fait partie de ma chronique « les mardis naturo » que je poste sur mon compte instagram. Pour ne pas manquer les prochains épisodes ou lire les précédents, rejoignez-moi sur Instagram !

***

Cet article vous a intéressé ? Epinglez-le sur Pinterest et partagez-le sur les réseaux sociaux.

L'eau c'est la vie, dit-on. Effectivement, quand on sait que le corps en est composé à 70% voire 90% pour les bébés, on saisit l'importance de ce liquide pour la santé. Toutefois ne devrait-on pas pas plutôt parler DES eaux ? Oui, car toutes les eaux, potables se ne valent pas.

Crédit photos puits artésiens : www.unjourdeplusaparis.com

Sources des mesures : mes cours reçus au Cenatho, les sites des marques d’eau, le site du sociétaire de l’Association de Bio-électronique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

18 Commentaires

  • Clara dit :

    POTABLE veut dire qu’il peut être bu, le mot vient d’ailleurs du verbe latin boire. L’eau potable c’est celle qui peut être bue. Attention à ne pas dire de bêtises, l’afjectif familier potable dans le sens de « passable » ne s’utilise pas du tout pour l’eau.

    • angelique_glamconscious dit :

      Je sais bien que ce n’est pas dans le contexte de l’eau que cette signification s’utilise…
      Il n’empêche que cela reste un sens du mot, et que c’est loin d’être anodin.
      Comment serait perçu un mot qui voudrait « beau » dans un contexte et aurait une signification péjorative dans un autre ? Sans même parler de vibration ou de charge énergétique, la portée du mot va bien au-delà de son contexte.

  • Florence dit :

    Bonjour, je ne fais cela que rarement mais ton article a provoqué en moi une gêne dont je veux te parler. J’apprécie ton blog, la qualité de tes articles… et ce que je vais écrire ne remet rien de cela en cause, que ce soit bien clair.
    J’ai eu recours à la naturopathie pour traiter divers soucis de santé et je me réfère encore souvent à certains principes de naturopathie pour la gestion quotidienne de ma santé. J’en éprouve de grands bienfaits.
    Cela étant, ce qui me gêne dans l’approche naturopathique telle qu’elle est faite actuellement c’est qu’elle est élitiste et va souvent à l’encontre du bien commun. Le principe de base de la naturopathie est de soigner par l’alimentation et les plantes, si j’ai bien tout compris. Ensuite, chaque être humain doit pouvoir trouver son alimentation personnelle et ses soins naturels en fonction de son terrain et de ses particularités. Jusque-là, tout va bien pour moi. Manger plus de fruits et légumes, c’est plutôt pas mal, non? Mais, les naturopathes prescrivent souvent des remèdes, des potions et mixtures, des suppléments. On va dire que c’est normal vu que la majorité consulte lorsqu’il y a un dérèglement à corriger rapidement ou une crise. Mais cela ne doit pas être la norme sur l’année pour une personne en bonne santé. C’est son alimentation et son hygiène de vie qui devraient l’aider à rester en bonne santé et non des produits coûteux et parfois relativement rares, mis sous emballage plastique, encapsulés, venant de loin et provoquant une demande massive pour un terroir qui ne peut satisfaire aux demandes de tous.
    Et selon moi, c’est ce qui se passe avec l’eau. Pour moi, l’eau potable est un droit qui devrait être fondamental pour tous les animaux, humains ou non, dans le monde.
    Naturellement, l’eau est souillée par les excréments et les cadavres d’animaux et organismes aquatiques ou non. « La mer, c’est dégueulasse, les poissons baisent dedans… ». Tant que cela ne génère pas de maladie type choléra, turista…, cette souillure est juste naturelle et l’eau peut être parfaitement potable.
    D’ailleurs, l’eau tire ses caractéristiques de son propre cycle. A l’état de vapeur, elle est en contact avec ce qui est dans l’air, sous forme de pluie ou de neige, elle accumule des particules issues des plantes, de la terre qu’elle va rencontrer. Ruisselante, elle va s’enrichir des roches qu’elle traverse: granit, calcaire… Si l’environnement de l’eau (l’air, l’eau, les sols, les plantes…) est pollué alors cette eau va en retenir quelque chose.
    Les humains se préoccupent de cela depuis longtemps. On sait qu’on ne doit pas boire l’eau d’un ruisseau dans lequel un cadavre pourrit. Mais nos ancêtres édictaient aussi des règlements pour limiter les activités polluantes aux abords de la rivière en ville. Ex: les tanneries qui étaient en aval et à l’extérieur de la ville.
    Ainsi, une eau propre est-elle accessible à tous si le monde n’est pas pollué. Ce qui malheureusement n’est pas le cas de nos jours. Entre les hormones, les plastiques, les métaux lourds…, une eau potable n’est pas ce qu’elle était il y a 200 ans. Voilà pourquoi, lorsque la naturopathie suggère de boire une eau de qualité aujourd’hui, je trouve que cette médecine incite à polluer. Elle incite à consommer une eau qui est rarement locale, embouteillée majoritairement dans du plastique qui se retrouvera un jour dans le cycle de cette même eau que l’on veut pure et saine. Cela génère une extraction de pétrole pour le transport mais aussi pour les bouteilles, ce qui pollue sols, air et eau.
    En outre, c’est élitiste, seuls ceux qui savent et ont les moyens peuvent boire cette eau pure et saine alors qu’ils continuent par leur consommation à polluer l’eau aux divers stades du cycle (et même s’ils sont loin d’être seuls à polluer, je trouve cela dommage).
    Tout cela pour des raisons qui ne me convainquent guère. Qu’un malade aille faire une cure et boire une eau particulière et riche en tel ou tel minéraux, soit. Dire qu’une eau doit être faiblement minéralisée pour le quotidien afin de nettoyer et hydrater, soit. Le reste me paraît plus que superflu. Ma conclusion serait plutôt que nous devrions nous préoccuper davantage de la pollution généralisée et essayer d’y remédier afin qu’un jour (utopie, sans doute), tous puissent boire une eau propre. Ce serait déjà énorme en matière de santé.
    Voilà, j’espère que tu n’as pas ressenti ce pavé comme une attaque (ce que je ne souhaite pas), mais comme le fruit de ma réflexion. Et vu que tu te formes à la naturopathie, ce que je trouve formidable, peut-être que cela te donnera matière à réfléchir sur ta pratique actuelle et future. (Après, je ne t’ordonne pas d’exercer ta pratique dans le sens que je viens d’évoquer, hein? ;) ). Sur ce, excellente journée à toi, j’ai hâte de te lire encore.

    • angelique_glamconscious dit :

      Bonjour Florence,
      Tout d’abord, je te remercie d’avoir pris le temps d’écrire ce commentaire et d’y avoir apporté des arguments de qualité.
      Je vais me contenter de te partager mes propres réflexions sur le sujet, je n’ai pas de réponse parfaite car le monde ne l’est pas.

      Je suis d’accord avec toi sur toute la ligne. En effet, consommer de l’eau en bouteille plastique crée des déchets, il n’existe à ce jour aucune solution alliant écologie et santé pour la consommation d’eau. Même avec les fontaines qui filtrent et redynamisent, il y a un gros gâchis d’eau (plusieurs litres perdus pour un litre consommable). Pour moi l’idéal serait de pouvoir acheter de l’eau en bouteilles en verre consignées. Aujourd’hui on doit faire le choix le moins mauvais, en fonction de ses propres critères.
      Pour moi, l’eau est essentielle, c’est un impondérable. Pour ma santé j’ai changé mon fusil d’épaule et faie maintenant le choix de boire la meilleure eau. J’estime que je compense les déchets avec les nombreux efforts que je fournis pour réduire mon impact environnemental sur un maximum d’aspects de mon quotidien.

      Ensuite, pour ce qui est de la naturopathie, la pratique inclut bien l’alimentation et les compléments alimentaires, ainsi que de nombreuses autres techniques peu ou pas connues : l’exercice physique, la psycho, la relaxation, l’hydrothérapie, les techniques manuelles (massage, réflexologie), les techniques énergétiques, la phytothérapie, l’aromathérapie, la respiration, les techniques de rayonnement…
      Le problème de notre monde actuel, c’est que l’alimentation est raffinée, extrêmement appauvrie, que l’air que nous respirons est chargé de pollution, pesticides, que nous baignons dans les ondes éléctromagnétiques, que nous sommes gavés de médicaments et vaccins… Tous ces éléments fragilisent la santé et provoquent des carences. Il est très difficile de maintenir la bonne santé en se basant uniquement sur une hygiène de vie saine. On estime que l’ensemble de la population est carencé en vitamine D et en magnésium – pour ne parler que de ces vitamines et minéraux. C’est pourquoi le recours aux compléments alimentaires est assez fréquent. Les naturopathes ne conseillent pas des compléments alimentaires pour le plaisir (en tout cas ce n’est pas la démarche dans mon école) et essayent de s’adapter aux possibilités du client. Avant de donner des compléments alimentaires, ils utilisent au maximum l’alimentation avec par exemple les jus verts, les graines germées, le germe de blé, les baies, les fruits, le psyllium, les aromates, les épices, les huiles végétales…
      Après, il y a aussi la considération que l’on donne à ce type de dépense. Rares sont les gens qui de nos jours n’ont pas internet, un ordinateur, un smartphone, des abonnements divers et variés, ils sont prêts à faire un effort financier pour pouvoir en bénéficier. Je trouve paradoxal de dire que les compléments alimentaires, dédiés à l’amélioration de la santé, sont trop chers, quand on les met face aux dépenses « modernes » généralisées.
      Le problème, je pense, c’est que nous avons pris l’habitude en France de croire que la santé est un droit gratuit : dans de nombreux pays, il s’agit d’une dépense à prendre en compte par le foyer, car ils ne sont pas dotés de notre système de prise en charge. Quand on le veut vraiment, on peut prendre l’initiative de faire pousser ses superaliments, ses aromates etc. Je trouve dommage de ne pas développer davantage d’utilisation des espaces verts, l’apparition de potagers urbains car c’est à la portée des petits revenus.

      Enfin, ce type de dépense (naturopathie, compléments alimentaires, alimentation de qualité) est à mon sens d’un investissement santé sur le long terme, car choisir une alimentation de qualité, plus chère, qui générera peut-être des déchets (eau) limitera par ailleurs les maladies, les carences et donc la production de médicaments (polluants, onéreux), les soins, les prises en charge par l’Etat (et donc le contribuable) etc.

      La naturopathie est actuellement une pratique élitiste, c’est clair. Nos professeurs nous le disent ouvertement. Déjà la consultation n’est pas remboursée et ensuite la plupart des conseils à appliquer demandent un budget. Pour autant faut-il la condamner, par principe que l’intégralité de la population ne peut pas y accéder ? Il faudrait que le gouvernement se mouille à ce niveau-là, mais on en revient toujours au poids des lobbies.

      Le point positif, c’est que l’essence de la naturopathie, c’est la prévention, la pédagogie. Idéalement on devrait consulter un naturo avant l’arrivée d’une pathologie ou d’un dysfonctionnement, afin de stabiliser son terrain et sa vitalité. C’est pour cela que j’écris des articles, pour rendre l’information disponible au plus grand nombre, car j’ai bien en tête que tout le monde ne pas consulter un-e naturopathe et peu de gens connaissent les règles de base d’hygiène vitale.
      Comme aujourd’hui la plupart des Français a accès à internet, la théorie de la naturopathie dans ses grandes lignes est abordable. Il y a également les conférences, les ateliers, qui permettent d’apprendre les bases (même si il manque l’aspect individualisé d’une consultation), sans compter les nombreux ouvrages qui vulgarisent la pratique.

      Pour conclure, à mon avis, consommer de la qualité n’empêche pas de chercher en parallèle des solutions pour réduire la pollution. Je pense au contraire que les deux sont liés.
      Nous vivons dans une situation complexe et nous ne pouvons que faire au mieux.

      Bon après-midi à toi et à très bientôt !

  • Florence dit :

    Bonsoir,
    Je viens de lire ta réponse avec grand plaisir et intérêt. Car oui, la situation est telle aujourd’hui qu’il faut arbitrer au moins pire lorsqu’on est conscient des enjeux de notre consommation.
    Je te rejoins également pour dire que les grands principes de la naturopathie devraient être accessibles à tous en prévention. Par l’éducation à l’école? par le remboursement de quelques séances chaque année? Tes articles sur le sujet sont d’ailleurs passionnants. Après, il est clair que les naturopathes ont tout à fait un rôle à jouer en soin et en prévention. Un remboursement ne serait effectivement pas du luxe.
    Pour le reste, n’ayant pas de souci particulier de santé, je vais me « contenter » de rechercher la meilleure alimentation possible (vg, bio, locale, de saison…) et l’eau du robinet afin de limiter la pollution (bon, j’ai de la chance, l’eau n’est pas trop pourrie là où j’habite).
    Merci en tout cas de m’avoir donner des arguments afin de nourri ma réflexion. A bientôt!

    • Pauline dit :

      Bonjour à toutes,

      Je me permets de rebondir sur cette phrase :

      « […] il n’existe à ce jour aucune solution alliant écologie et santé pour la consommation d’eau. »
      Si, il en existe une Angélique, qui plus est développée par une start-up Française, Solable !

      Leur produit, appellé « LaVie », est une solution de purification d’eau permettant de transformer de l’eau du robinet en eau de qualité égale à l’eau minérale en bouteille. Il a reçu un prix d’innovation au salon CES de Las Vegas, dans la catégorie « Eco-Design and Sustainable Technologies ». Ce produit innovant est en fait low tech car il utilise les UV-A pour purifier l’eau. Adieu bouteilles d’eau en plastique et carafes filtrantes Brita ! (qui garantissent un bain bactérien, au passage…).
      Ce produit a reçu un gros intérêt médiatique et du publique ces dernières semaines, tant en France qu’à l’étranger (Forbes, France 2, France 3, M6, Capital, Les Echos, Le Figaro, France Inter…)

      Leur site : https://www.lavie.bio/
      Leur compte Twitter : https://twitter.com/LaVie_bio?lang=fr

      Ils ont une campagne de pré-ventes sur Kickstarter jusqu’à la fin du mois, si tu veux en savoir plus :)
      https://www.kickstarter.com/projects/gdumortier/lavie-unlimited-pure-mineral-water-with-unbeatable

      J’ai entendu parlé de ce produit en octobre, et depuis, je suis une fan et en parle à tout le monde autour de moi !

      • angelique_glamconscious dit :

        Merci pour ces renseignements intéressants.
        Je reste dubitative quant à la qualité de leur eau. Ils mettent en avant l’effet sur le chlore, ils disent que leur procédé diminue les pesticides et les médicaments, ce qui signifie donc qu’il en reste. Qui des hormones qui perturbent notre métabolisme et qui sont responsables de l’infertilité des hommes ? Qui du pH ? De la charge de minéraux qui fatigue les reins et encrasse l’organisme alors que l’eau est primordiale pour épurer et emporter les déchets ? Ils disent sur leur site que les minéraux sont intacts. donc pas d’amélioration à ce niveau-là.
        De plus, ce procédé est un progrès en terme de critères chimique, physique et bactériologique, mais ça n’en fait pas pour autant une eau de qualité (cf. la bioéléctronique dont je parle dans mon article).
        Si tu veux comparer avec la fontaine Mélusine par exemple, qui ne se contente pas de purifier l’eau mais la réinforme par plusieurs procédés : http://www.lemieuxetre.ch/nutriwell/frame_nutriwel_eau_melusine.htm

        Après, c’est certain que leur produit est bien mieux qu’une carafe Brita (qui pollue avec ses grosses cartouches en plastique et qui filtre le minimum, sans parler du coût financier pour l’achat des cartouches).

        Je reste sur ma position : la solution idéale et la plus simple serait de l’eau de source avec excellents critères bioéléctroniques mais distribuée en bouteilles en verre consignées ! :)

        En tout cas tu m’as donné une idée d’article : les + et les – des différents systèmes pour se procurer de l’eau de boisson ;-)

  • Rosenoisettes dit :

    Coucou !
    Cet article m’interpelle car je me suis souvent posée la question de l’eau et j’ai également lu plusieurs choses sur le sujet.
    Pendant mon année d’études à Clermont-Ferrand j’ai abandonné l’eau en bouteille qu’on achetait toujours à la maison pour boire l’eau du robinet qui était excellent (au niveau du goût) et aussi parce que tout le monde là-bas la buvait. C’était une chance d’avoir une eau si gustative et si peau calcaire aussi.
    Puis je me suis mise plus sérieusement au zéro déchet alors cela m’arrangeait bien et j’ai continué même en déménageant et en retournant en Normandie. Mais ça n’allait plus.
    L’eau variait au niveau du goût, elle avait parfois un goût très chloré ou étrange. Et mon organisme ne la supportait plus, je faisais des infections buccales à répétition… Donc je me suis remise à l’eau en bouteille malgré mon envie de vivre le plus zéro déchet possible. J’alterne entre Volvic (ma préférée) et Cristalline.
    Cependant comme je vais bientôt déménager j’envisageais de quitter l’eau en bouteille à nouveau et je me suis renseignée. Les carafes Brita ne sont pas hygiéniques et l’efficacité des filtres est douteuse. Je me suis penchée sur le cas du charbon actif et je vais encore creuser cette piste car c’est une solution écologique et durable, il faut que je me renseigne davantage.
    Bref, un pavé qui raconte ma vie, mais je souhaitais aussi appuyer sur le fait que je trouve ça fou et irréel de se dire qu’une eau potable est en réalité nocive pour la santé. Pourquoi ne nous concentrons-nous (la société) sur la qualité de l’eau et sur la durabilité des contenants ?! Comme toi je souhaite vraiment que le système de consignes pour le verre revienne, c’est tellement plus logique et durable…
    Merci pour cet article !
    Bonne journée :)

    • Béber dit :

      Bonjour Rosenoisette, je suis conseiller chez Culligan en picardie, pour t’eclaicir sur les charbons actifs, ils vont juste supprimés mauvais goût, mauvaise odeur et le chrore, cela va te donner l’illusion d’une eau pure.
      Chez culligan nous faisons que du traitement de l’eau, avec nos adoucisseurs nous traitons les problèmes de calcaire qui cause une surconsommation d’énergie, une degradation sur notre plomberie, du gaspillage au niveau des produits lessiviels et inconfort au niveau de notre toilette ( peau sèche, linge rugueux, etc) mais nous avons également un systeme de filtration, pour que chacun bénéficie d’une eau plus pure (30mg/L à 180°)
      On est sur un procédé naturel qui consiste a filtré l’eau et rejetté les éléments indésirables à l’égout, comparable à nos reins qui filtrent notre sang pour rejeté les éléments indésirables dans nos urines.

  • La consommation d’une eau de qualité est un réel casse-tête. Celle qui sort du robinet est polluée, et celle en bouteille pour certaines marques, est de bien meilleure qualité, mais se retrouve tout de même polluée par son contenant qui provoque des déchets. Je ne crois pas qu’il existe de réelle solution à ce jour pour une consommation « parfaite ». Triste constat…

  • Bonsoir,
    Merci pour ton article que je trouve très intéressant. Depuis peu, j’ai arrêté de boire de l’eau du robinet, je bois que de l’eau minérale, j’alterne entre l’Evian et la Volvic.
    J’ai vu une grande différence au niveau de ma santé, je suis moins malade, je vais plus souvent aux WC. J’ai perdu du poids, j’ai moins de maux de tête.
    Je découvre ton blog petit à petit, je vais le mettre dans mes favoris.
    Bravo

    • angelique_glamconscious dit :

      Merci beaucoup pour ton partage d’expérience et pour cet adorable commentaire. Je suis ravie que mon blog te plaise.
      Au plaisir de te lire !

  • chelly dit :

    Bonjour :)
    Sur les conseils de ma naturopathe et suite à de nombreux soucis hormonaux (endometriose) j’ai récemment arrêté de boire l’eau du robinet que je buvais depuis tjs. En arrêtant les hormones synthétiques pour ma santé, je n’avais plus envie de boire celles des autres haha mais ici en Belgique, on a la chance de trouver au Carrefour des bouteilles en verre et consignées! elles sont même bcp moins chères que celles en plastique! Après il faut un homme fort pour porter les casiers car ça fait vite très lourd quand on fait les courses pour la semaine… Merci pour tes articles très instructifs!!

  • Joris dit :

    Salut Angélique,
    Je trouve que ton article est super intéressant et très bien structuré, c’est rare. Je cherchais des informations sur l’eau je suis servi.

    Pour ma part, j’ai remarqué que beaucoup d’articles traitent de la minéralisation de l’eau et nous disent sans justification qu’il faut boire (idéalement) une eau « légère », peu minéralisée. Beaucoup s’appuient sur une recommandation de l’OMS… mon soucis, c’est que je n’ai jamais trouvé cette recommandation. J’ai cherché pourtant. Il semblerait que cette recommandation soit une légende urbaine.

    Alors je ne critique pas ton approche, et je le répète, je trouve que ton article est super, je m’interroge juste sur ce point et j’aimerais te demander, vu ton expérience et les recherches que tu as du faire, si tu étais tombée sur article sérieux type revue scientifique ou article OMS dont tu pourrais partager la source.

    Je te remercie d’avance, et je te souhaite une très bonne continuation.

  • Gisaline dit :

    Bonjour, je suis urologue .
    Moins l’eau est minéralisée , et meilleure elle est pour l’organisme. L’eau a pour fonction de nettoyer et purifier le corps ; l’eau a pour fonction d’aider le corps à se débarrasser des toxines , déchets, impuretés que produit l’organisme ; l’eau n’a pas pour fonction de nourrir .
    Personnellement j’ai choisi le système d’osmose inverse de Culligan aquaclear AC1000 la dernière technologie . À savoir que bien évidemment ce système rejette 1 litre pour produire un litre d’eau pure . Il faut bien éliminer les résidus médicamenteux, pesticides , insecticides , nitrates , nitrites, métaux lourds , arsenic, chlore , fluor, aluminium, bactérie , virus , champignons, algues , tout organismes vivants , perturbateurs endocriniens, composés organiques volatils , détergeant , cet…….
    Vos reins éliminent et rejettent de l’eau souillée appelée urine.
    Le système d’osmose Inverse de Culligan rejette de l’eau souillée également , pour produire 1 litre d’eau pure destinée uniquement pour la consommation, il en rejette 1 litre. Et croyez moi, ce système de filtration est le plus fiable et économique à l’heure actuelle.

  • lathelize dit :

    je tombe des nues: merci pour ton article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *