Des romans et des films pour s’évader cet été

Dans cette chronique culturelle, je vous présente 3 romans à dévorer et 2 films pour s'évader, se faire du bien, vibrer. A mettre dans son planning bien-être pour s'alléger l'esprit. George Orwell, Amélie Nothomb, Lori Nelson Spielman (Un doux pardon) et côté films : Ballerina et Bridget Jones baby.

Voilà un petit moment que je n’avais pas fait de chronique culturelle. Je répare ça avec trois livres lus pendant mes dernières vacances et deux films que j’ai regardés dans l’avion. Des petites douceurs que je vous conseille pour cet été.

***

Dans cette chronique culturelle, je vous présente 3 romans à dévorer et 2 films pour s'évader, se faire du bien, vibrer. A mettre dans son planning bien-être pour s'alléger l'esprit. George Orwell, Amélie Nothomb, Lori Nelson Spielman (Un doux pardon) et côté films : Ballerina et Bridget Jones baby.

Ni D’EVE NI D’ADAM, Amélie Nothomb ★★★

« Stupeur et tremblements pourrait donner l’impression qu’au Japon, à l’âge adulte, j’ai seulement été la plus désastreuse des employés. Ni d’Ève ni d’Adam révélera qu’à la même époque et dans le même lieu, j’ai aussi été la fiancée d’un Tokyoïte très singulier. » Amélie Nothomb

Ni d’Eve ni d’Adam est un des derniers Nothomb qu’il me restait à lire. Si les parutions récentes de l’auteure m’ont relativement déçue, ce « vieux » roman (paru en 2007) m’a enchantée.

J’ai adoré me glisser dans le quotidien nippon d’Amélie et surtout suivre son épopée amoureuse avec son soupirant Japonais… J’ai aimé plonger dans cette culture que je connais si peu mais qui m’a toujours fascinée. J’ai souri de leurs différences culturelles, de leurs maladresses, des situations cocasses.

Comme d’habitude, Nothomb livre ses états d’âme et ses névroses avec une sincérité touchante. Sa plume unique et acide, qui se prend parfois à oser tendresse et fragilité, me trouble et me touche. Je me suis émerveillée et j’ai souffert à ses côtés, j’ai ressenti la libération, l’ivresse, le malaise. Une sacrée tranche de vie qu’elle nous a offert là.

Ce roman est excellent, un des meilleurs Nothomb selon moi. Merci Amélie.

***

Dans cette chronique culturelle, je vous présente 3 romans à dévorer et 2 films pour s'évader, se faire du bien, vibrer. A mettre dans son planning bien-être pour s'alléger l'esprit. George Orwell, Amélie Nothomb, Lori Nelson Spielman (Un doux pardon) et côté films : Ballerina et Bridget Jones baby.

UN DOUX PARDON, Lori Nelson Spielman ★★★★☆

Hannah Farr est une personnalité en vue de La Nouvelle-Orléans. Animatrice télé, son émission quotidienne  » The Hannah Farr Show  » est suivie par des milliers de fans. Côté coeur, elle file depuis deux ans le parfait amour avec Michael Payne, le maire de la ville. Mais sa vie toute tracée va être bousculée par deux petites pierres… Ces  » pierres du pardon  » connaissent un immense succès aux États-Unis. Le concept est simple : si vous avez quelque chose à vous faire pardonner, il suffit d’envoyer une lettre d’excuses à la personne que vous avez blessée, accompagnée de deux pierres. Si cette dernière accepte vos excuses, elle vous renvoie l’une des deux pierres. Bien inoffensives à première vue, celles-ci vont toutefois forcer Hannah à replonger dans son passé, celui-là même qu’elle avait soigneusement mis de côté depuis de nombreuses années, et toutes les certitudes de sa vie vont être balayées comme un château de cartes… Est-il encore temps de changer le destin ?

Malgré un avis un petit peu mitigé après la lecture de Demain est un autre jour, le premier roman de Lori Nelson Spielman, j’avais très envie de lire Un doux pardon.

Le pardon est un thème phare dans le développement personnel et la recherche du bonheur. Pardonner aux autres et à soi-même, c’est une des clés de la libération personnelle. Forcément ça m’a parlé.

J’ai beaucoup aimé la symbolique utilisée dans le livre : les pierres du pardon. J’ai même eu, pendant un moment, l’envie d’aller ramasser des pierres et d’en envoyer quelques unes accompagnées d’une lettre. Qui sait, un jour peut-être je me lancerai.

Si certaines histoires et relations sont un peu tirées par les cheveux, d’autres plus sombres donnent à ce roman léger de la profondeur. C’est un livre qui se lit tout seul mais qui a le mérite de faire réfléchir, à l’instar de ceux de Laurent Gounelle.

***

Dans cette chronique culturelle, je vous présente 3 romans à dévorer et 2 films pour s'évader, se faire du bien, vibrer. A mettre dans son planning bien-être pour s'alléger l'esprit. George Orwell, Amélie Nothomb, Lori Nelson Spielman (Un doux pardon) et côté films : Ballerina et Bridget Jones baby.

LA FERME DES ANIMAUX, George Orwell ★★★★☆

Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Boule de Neige et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement:
“Tout deuxpattes est un ennemi. Tout quatrepattes ou tout volatile, un ami. Nul animal ne portera de vêtements. Nul animal ne dormira dans un lit. Nul animal ne boira d’alcool. Nul animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux.”
Le temps passe. La pluie efface les commandements. L’âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer :
“Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d’autres.”

C’est lors de mes pérégrinations chez Gibert Jeune que je suis tombée par hasard sur La Ferme des Animaux dont je n’avais jamais entendu parler. Le petit extrait de la dernière de couverture a évidement capté mon attention. L’engagé Orwell, célèbre pour sa critique du totalitarisme, aurait-il également dénoncé l’oppression animale ? J’avais envie de connaître le fin mot de cette histoire d’apparence antispéciste écrite en 1945.

Si le début, avec la rébellion des animaux et leur pustch, m’a enthousiasmée, la suite a fait retomber mon emballement. Comme La Fontaine en son temps, Orwell use de la fable animalière pour critiquer les comportement humains et il est question ici du régime soviétique et particulièrement le stalinisme.

Malgré ma déception, ce court livre est une belle découverte, surtout que je n’avais jamais lu d’Orwell, pas même le fameux 1984 (à remédier).
Il pointe du doigt la soif de pouvoir ainsi que la négligence et le manque de méfiance du peuple une fois le nouveau régime en place. On peut facilement transposer sa critique à l’organisation de notre démocratie actuelle… et prendre note, si révolution il y a un jour !

***

Dans cette chronique culturelle, je vous présente 3 romans à dévorer et 2 films pour s'évader, se faire du bien, vibrer. A mettre dans son planning bien-être pour s'alléger l'esprit. George Orwell, Amélie Nothomb, Lori Nelson Spielman (Un doux pardon) et côté films : Ballerina et Bridget Jones baby.

***

Du côté du cinéma, je vous faire le grand écart, en passant de George Orwell à… Bridget !

Dans cette chronique culturelle, je vous présente 3 romans à dévorer et 2 films pour s'évader, se faire du bien, vibrer. A mettre dans son planning bien-être pour s'alléger l'esprit. George Orwell, Amélie Nothomb, Lori Nelson Spielman (Un doux pardon) et côté films : Ballerina et Bridget Jones baby.

BRIDGET JONES BABY ★★☆☆☆

Avec Renée Zellweger, Colin Firth, Patrick Dempsey

Après avoir rompu avec Mark Darcy, Bridget se retrouve de nouveau célibataire, 40 ans passés, plus concentrée sur sa carrière et ses amis que sur sa vie amoureuse. Pour une fois, tout est sous contrôle ! Jusqu’à ce que Bridget fasse la rencontre de Jack… Puis retrouve Darcy… Puis découvre qu’elle est enceinte… Mais de qui ???

Je l’avais loupé au ciné, j’étais contente de pouvoir bénéficier d’une séance de rattrapage dans l’avion. Bridget, c’est notre copine : on l’a vu galérer, tomber, se relever, on a ri de ses boulettes et on a prié pour qu’elle trouve enfin l’amour. C’est donc avec une certaine excitation qu’on attendait la suite de ses aventures (pour avoir de ses nouvelles mais aussi pour retrouver Collin Firth alias Marc Darcy et découvrir le beau Patrick Dempsey plus connu sous le nom de Dr Mamour dans Grey’s Anatomy).

Franchement, je pense que j’aurais préféré que la réalisatrice s’arrête au deuxième, ou même au premier opus. Si le film se laisse regarder, la trame de comédie romantique rose bonbon m’est restée sur l’estomac. Autant je trouvais le personnage de Bridget des premiers volets intéressant par sa gaucherie et son authenticité, autant le nouveau statut de cette Bridget convoitée par deux beaux gosses m’a laissée perplexe.

J’en attendais peut-être un peu trop, et j’avoue avoir tout de même passé un bon moment. Il parait d’ailleurs que j’ai un peu trop exprimé ma joie quand Ed Sheeran a fait une apparition à laquelle je ne m’attendais pas du tout (s’éxclamer « Oh y’a Ed Sheeran » avec les écouteurs sur les oreilles quand on est au milieu d’un A380 n’est pas des plus discrets… !).

En tous cas, le premier volet de Bridget Jones restera sans conteste mon indétrônable.

***

Dans cette chronique culturelle, je vous présente 3 romans à dévorer et 2 films pour s'évader, se faire du bien, vibrer. A mettre dans son planning bien-être pour s'alléger l'esprit. George Orwell, Amélie Nothomb, Lori Nelson Spielman (Un doux pardon) et côté films : Ballerina et Bridget Jones baby.

BALLERINA★★★★★

Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris…

Ah Ballerina… J’ai beau l’avoir vu à 10.000 mètres d’altitude, je me suis envolée bien plus haut dans les nuages. Ce petit chef d’oeuvre m’a transportée, m’a gonflée d’enthousiasme, m’a inondée d’espoir et m’a beaucoup émue.

Tout était parfait : les personnages, l’histoire, le rythme du film, les images d’un Paris fin 19ème féérique, la BO moderne qui donne la pêche…

Pour les connaisseurs, sachez que les chorégraphies ont été créées par Aurélie Dupont.J’ai une sensibilité pour l’univers de la danse classique (bien que je n’ai jamais mis les pieds dans un cours de danse) et particulièrement pour l’opéra Garnier mais je pense qu’il n’est pas nécessaire d’aimer la danse pour apprécier ce film.

Ce qui m’a plu, c’est la morale et les valeurs portées par Ballerina. La persévérance, le courage, la passion y sont brillamment dépeints.

5 étoiles pour ce chef d’oeuvre qui m’a complètement reboostée. A voir autant les adultes, que les enfants, fille ou garçon.

Si cette chronique culturelle vous a plu, épinglez-la sur Pinterest !

Dans cette chronique culturelle, je vous présente 3 romans à dévorer et 2 films pour s'évader, se faire du bien, vibrer. A mettre dans son planning bien-être pour s'alléger l'esprit. George Orwell, Amélie Nothomb, Lori Nelson Spielman (Un doux pardon) et côté films : Ballerina et Bridget Jones baby.

Vous avez lu ces livres et vu ces films ?
Donnez-moi vos derniers coups de coeur culture !

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 Commentaires

  • Aurore dit :

    J’ai vu Ballerina et je l’ai trouvé super enfantin, pas très emballée !
    Pour le Orwell tu me donnes quand même bien envie de le lire !

  • Gaëtane dit :

    J’ai beaucoup aimé La ferme des animaux et Ni d’Eve ni d’Adam, je vais certainement tenter Un doux pardon que je ne connaissais pas.

  •  » Un doux pardon » est dans ma liste des livres à découvrir :)
    J’ai peur d’être déçue en regardant le dernier Bridget Jones et ton avis ne me rassure pas ! Envie de voir Ballerina .

  • Lavienmots dit :

    J’ai également vu le dernier Bridget Jones dans un avion (film parfait pour un long courrier, selon moi) ! C’est un bon divertissement mais sans plus. Il reste loin derrière les deux premiers opus je trouve !

  • Koalatagada dit :

    J’aime beaucoup comme toi les anciens d’Amélie mais j’ai été très déçu depuis quelques années par ses sorties littéraires que j’ai trouvé bâclées … mon dernier coup de cœur littéraire je dirai que c’est soufi mon amour , une perle ce livre je te le conseil vivement :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *